Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Les trois derniers livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 24fév

    Les prix des métaux précieux ont corrigé ce jour à la baisse dans le sillage de celle du pétrole brut à la suite des déclarations de l’Arabie saoudite, le principal allié de l’Occident au Moyen Orient, qu’elle augmenterait sa production de pétrole en proportion de la ponction relative à la cessation forcée d’exportation de la Libye pour cause de guerre civile. Le roi d’Arabie a, par ailleurs, annoncé qu’il allait distribuer à son peuple 36 milliards de dollars US (quelques miettes de son immense fortune) sous diverses formes pour croit-il éviter que son régime soit contesté, ainsi que le sont toutes les monarchies et dictatures de la région, ce qui a conduit les investisseurs à conclure que la monarchie saoudienne allait s’en sortir indemne. Raisonnement à courte vue parce qu’à terme la révolte arabe atteindra l’Arabie Saoudite comme les autres pays producteurs de pétrole tel l’Algérie et consorts. Comme des dominos, tous ces pays seront atteints les uns après les autres et le pétrole remontera fortement dès que les marchés le constateront. On (les bullion banks qui perdent des fortunes sur leurs positions shorts sur l’or et l’argent-métal ?) a en outre fait courir la rumeur que Khadafi était mort, ce qui a renforcé la croyance que tout allait rentrer dans  l’ordre. Il n’en est hélas rien et le tyran va continuer à tuer des milliers de libyens en toute impunité puisque l’Occident et les autres dictatures et monarchies arabes le laissent faire. L’or peut rebaisser au maximum vers 1.370 dollars US l’once et l’argent-métal vers 30,50 dollars US l’once avant de reprendre leur ascension, d’autant que le dollar US s’effondre (plus bas historique ce jour contre le franc suisse) et que les marchés d’actions comme d’obligations sont en pleine déstabilisation. Nous avions ces derniers jours réduit nos positions longues sur les métaux précieux afin de reconstituer des liquidités pour les racheter en échelle de baisse ou bien sur la cassure des plus hauts récents. Ce que nous ferons dès que ces niveaux seront atteints ou bien que les cassures interviendront. Les marchés des métaux précieux étant à des niveaux clefs, dont la cassure à la hausse est de nature à faire basculer tout le système monétaire vers un nouveau paradigme dans lequel les banques centrales occidentales seraient durablement marginalisées et le dollar US perdrait son statut de monnaie de réserve mondiale, il ne faut pas croire que ce combat sera facilement gagné. Notre certitude c’est qu’il sera tôt ou tard gagné par les partisans de l’étalon-or et de la liberté de création monétaire, dont les promesses de prospérité sont illimitées, contre ceux de l’économie manipulée et dirigée, qui ont déjà conduit le monde dans le chaos.

    Lire régulièrement le meilleur site d’informations financières:   http://www.zerohedge.com/


  • 21fév

    saupload_usd_cartoon1La plupart des analystes n’ont pas encore compris que les révoltes arabes, qui ne sont pas encore des révolutions parce qu’elles n’ont pas encore fait tomber les structures réelles de pouvoir (les proches de Ben Ali et de Mubarak sont toujours au pouvoir en Tunisie et en Égypte même si les deux dictateurs ont été personnellement renversés, le deuxième d’entre eux n’étant même pas inquiété dans sa villégiature sur la mer rouge alors qu’il devrait être en prison!), vont finir par se transformer en vraies révolutions en ayant tôt ou tard raison des dirigeants qui ont réussi à se maintenir, tout en faisant tâche d’huile partout en Afrique du Nord et au Proche et Moyen Orient. Ces révolutions seront constitutives de changements géopolitiques, économiques et monétaires majeurs. Avec à la clef des conséquences multiples.

    Plus longtemps les Occidentaux (Américains et Européens) laisseront -par lâcheté ou par intérêt à courte vue (intérêts financiers de court terme entre affairistes de tous bords, stabilité temporaire des prix de pétrole et du dollar US, protection d’un État d’Israël non coopératif refusant la paix avec ses voisins, etc.)- les dictateurs et monarques arabes massacrer leurs peuples, plus les conséquences précitées seront radicales parce que les Occidentaux perdront ensuite tout soutien dans cette partie du monde (adieu les bases militaires US qui y sont installées!) laquelle explosera en autant de structures politiques (démocratiques, islamistes, anarchiques, etc.) devenues radicalement opposées aux USA et aux pays européens. Sans compter que les guerres d’Irak et d’Afghanistan comme la pseudo stabilisation du Pakistan sont en passe d’être perdues par ces mêmes Occidentaux, tout en entretenant la haine des populations contre eux.

    Il en résultera, nécessairement, une forte hausse des prix du pétrole (retour à 150 dollars US le baril au moins, ce qui suffira à faire basculer l’économie mondiale à nouveau dans la récession) et une forte baisse du dollar US (monnaie dans laquelle le pétrole ne serait alors plus côté, adieu le pétro-dollar US!) comme des obligations d’Etat américaines (que les nouveaux pouvoirs anti américains n’auront plus de raison d’acheter ainsi que le faisaient et le font encore les dictateurs et monarques arabes pour se ménager le soutien de Washington à leurs régimes), sans compter une nouvelle vague d’immigration incontrôlée depuis le sud de la Méditerranée vers le nord que l’Europe n’est pas en mesure d’intégrer correctement. Les marchés d’actions émergents et occidentaux devraient aussi être déstabilisés, alors que les prix des métaux précieux seraient propulsés puissamment à la hausse.

    Il est à souhaiter que les responsables politiques occidentaux interviennent au plus vite par tous moyens (en particulier contre les Mouamar kadhafi et autres assassins) pour empêcher que les révoltes, puis révolutions, arabes finissent dans un bain de sang comme pour éviter de perdre pour longtemps toute influence dans cette partie du monde hautement sensible pour la stabilité internationale. A cet égard, il faudrait immédiatement empêcher toute exportation de pétrole depuis la Libye et autres pays dont les dirigeants font tirer sur la foule et bloquer tous les avoirs financiers, immobiliers, etc. tant de ces Etats que de leurs dirigeants actuels dans le monde entier. Quant aux banques centrales occidentales, elles doivent impérativement cesser leurs politiques monétaires ultra laxistes inflationnistes -directement responsables de la hausse des prix des matières premières et denrées alimentaires- qui affament les populations des pays pauvres provoquant ainsi leur soulèvement, ainsi que le déplore la Banque Mondiale dans son dernier rapport. Les pays du G20 (qui continuent de perdre leur temps à discuter du “sexe des anges”) doivent s’attaquer à la réforme immédiate et radicale du Système monétaire international, en le gageant sur l’or et l’argent-métal avant que le pétro-dollar US et autres monnaies fiduciaires de papier perdent encore plus de pouvoir d’achat avec l’hyper-inflation qui s’installe, au lieu d’essayer de maintenir contre vents et marées leurs constructions monétaires, artificielles (l’euro) ou dépassées par la montée en puissance économique de la Chine et la perte d’influence géopolitique occidentale (le dollar US, la livre sterling), au moyen de la monétisation généralisée des dettes qui finira par la disparition de toutes les monnaies concernées (aucune monnaie de papier dans l’histoire n’a duré plus d’une centaine d’années!) dans un effondrement monétaire majeur du type Weimar, Argentine ou Zimbabwe, ainsi que Ludwig von Mises et les autres économistes libéraux de l’Ecole autrichienne l’ont maintes fois prévu et décrit.

  • 18fév

    En dépit (ou plutôt à cause) des politiques monétaires ultra-laxistes et des mesures massives nécessairement ineffectives dites de “relance”, à coup de création colossale de fausse monnaie et d’endettement public hypertrophié, les économies US et européennes (sauf quelques exceptions) ne repartent pas. Parce que l’on ne peut pas résoudre une crise d’endettement excessif et de solvabilité douteuse de la plupart des institutions financières et étatiques par plus d’endettement factice encore! Au contraire, ces économes retombent en récession. Toutes les statistiques (mêmes faussées par les pouvoirs publics) le prouvent, en particulier celles du chômage. Pendant que les taux d’intérêt à long terme montent déjà sensiblement alors que les obligations d’Etat (et bientôt d’entreprises) chutent. L’inflation, provoquée par la folie monétaire ayant saisi les banquiers centraux US et européens, et la hausse des prix des matières premières, qui en découle, se généralisent pour le moment principalement dans les pays émergents ou pauvres. D’où les émeutes sociales et de la faim dans le monde arabo-musulman gravement déstabilisé politiquement et économiquement par les actions irresponsables des banquiers centraux US et européens. Avant que l’Asie et l’Afrique puis les pays occidentaux soient eux aussi frappés. Le dollar US, tel que mesuré par le dollar US  Index, est probablement à la veille d’un effondrement (pas vraiment contre l’euro qui ne vaut pas mieux que lui mais contre le franc suisse, le dollar australien et autres devises des grands pays producteurs de matières premières prises en compte par cet Index) mais surtout contre les métaux précieux. A noter que l’argent-métal, exprimé en dollars US, a cassé hier à la hausse son plus haut de fin décembre 2010 (mais aussi depuis 31 ans!) vers 31,20 USD l’once.

    Les métaux précieux, constamment manipulés à la baisse par les bullion banks et les pouvoirs publics pour tenter de cacher aux populations la faillite évidente de leurs politiques monétaires keynésiennes hyper-inflationnistes, sont à des prix ridiculement bas. L’or devrait valoir près de 2.550 dollars US l’once (soit 3 fois son prix de 850 atteint en 1980) et l’argent-métal devrait valoir 150 dollars US l’once (soit 3 fois son prix de 50 atteint en 1980) compte tenu de la chute du dollar US et de l’augmentation de l’inflation depuis cette année-là. La seule protection contre la dépression économique combinée à l’inflation monétaire dans laquelle nous entrons c’est l’investissement dynamique en métaux précieux, en particulier via certains fonds d’investissement.

    Voir:

    http://fuchs-preciousmetalsfund.com/

    A lire:

    —-



  • 13fév

    orplargent

    Comme nous l’escomptions, l’or et l’argent-métal (tant en USD qu’euros, en CHF et autres monnaies -ce qui reflète la perte de confiance dans toutes les monnaies fiduciaires de papier-) ont repris leur mouvement de hausse en direction de leurs récents sommets de fin 2010 qui devraient être dépassés d’ici fin février-début mars. Nous ne pensons pas que les bouleversements politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient soient de nature à influer notablement à court terme sur les prix des métaux précieux, leur reprise étant due au caractère récemment sur-vendu de ces marchés et à la couverture des positions shorts prises par les bullion banks US qui ont échoué à provoquer leur renversement de tendance durable. Comme aux pressions inflationnistes venant des politiques monétaires ultra laxistes des banques centrales centrales occidentales ayant pour effet (non désiré par elles -puisque le QE2 était supposé faire baisser les taux à long terme US-) de faire plonger les obligations au profit des métaux précieux et des matières premières, denrées alimentaires en particulier (voir ci dessous les évolutions opposées de l’indice CRB des matières premières et des obligations US -Bonds-).

    La plongée des obligations (concomitante à la hausse des taux d’intérêt à long terme) devrait aussi finir à un certain moment en 2011 par contaminer les marchés d’actions, qui n’ont historiquement jamais fortement performé à la hausse dans les périodes de montée des taux d’intérêt à long terme et des matières premières (années 1970 de stagflation par exemple), mais il n’est pas possible de déterminer pour le moment le timing de leur renversement parce qu’ils sont constamment manipulés -avec succès- à la hausse par toutes sortes d’intervenants comme par les banques centrales occidentales qui offrent en permanence toutes les liquidités possibles à des taux d’intérêt à court terme encore voisins de zéro. A quel moment la hausse des taux longs provoquera-t-elle celle des taux courts, avec à la clef la rechute des bourses d’actions? Personne n’en sait rien. Ce que l’on voit en revanche c’est que le volume sur ces marchés d’actions est toujours faible, ce qui accroit leur risque potentiel de dérapage.

    LIRE

    http://www.daily-bourse.fr/analyse-Indices-QE-inflation-de-l-acceleration-du-syst-vtptc-11847.php

    http://www.reuters.com/article/2011/02/11/silver-backwardation-idUSN1133112820110211

    —–

    http://www.reuters.com/article/2011/02/10/ecb-weber-idUSFLAADE7K520110210

    http://www.bloomberg.com/news/2011-02-12/bundesbank-s-weber-says-lack-of-acceptance-for-views-led-to-resignation.html

    —-

    http://www.economicnoise.com/2011/02/11/hyperinflation-is-a-small-price-to-pay/

    —-inflationgoldeurgoldchf

    Le dollar US Index (sur-acheté, voir graphique ci-dessous), qui n’a que faiblement bénéficié des bouleversements politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient comme du triste feuilleton de la prochaine succession de Trichet à tête de la BCE que Weber refuse en même temps qu’il va quitter la Bundesbank pour ne pas cautionner le laxisme monétaire européen (achat à guichet ouvert par la BCE -ou autre Fonds de défaisance en train d’être mis en place- des obligations d’Etat des pays PIIGS et du Club Med de la zone euro, ce qui équivaut à leur monétisation pourtant interdite par les traités européens) et l’inflation supplémentaire qui en résulte déjà, reste à notre avis orienté à la baisse avec un objectif de 75,50 (soit ses plus bas de novembre 2010) puis de 71, mais peut remonter vers 79,50 au maximum pour compléter la formation baissière en tête-épaules qui est en cours de réalisation.

    Qui plongera le premier, le dollar US ou l’euro?, tout porte à croire que ce va être le dollar US, la Federal Reserve faisant son possible pour affaiblir sa devise mais aussi en raison de l’enlisement global des politiques intérieures et extérieures US conduites par une Administration Obama de plus en plus incapable de mettre en œuvre un peu de cohérence dans ses actions. Bush a plongé les USA et l’Occident dans les chaos irakien et afghan, Obama (titulaire très abusif du Prix Nobel de la Paix!) n’a pas de solution pour en sortir mais, en plus, il risque d’être dépassé par un nouvel embrasement général du monde arabo-musulman, avec les révoltes de la faim et pour la liberté contre des dictatures -ou monarchies- corrompues clientes des USA (après la Tunisie, l’Égypte, au tour de la Libye, l’Algérie voire du Maroc?) et la non résolution sciemment voulue par les USA (”Diviser pour régner”) des intenables tensions entre Israël, la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Syrie qui peuvent à nouveau basculer dans des conflits locaux -intérieurs- et régionaux. Sans compter l’Iran et le Pakistan qui constituent l’épicentre du désastre annoncé de la chute de l’Empire américain. C’est avec raison que l’on compare la chute du Mur de Berlin et l’émancipation des “démocraties populaires” de l’Est européen ou du pourtour sud de la Russie, ayant conduit à la fin de l’Empire soviétique, avec la révolution arabe, initialement islamiste puis maintenant semble-t-il plutôt laïque, avec la désintégration de l’Amérique impériale qui a commencé avec la crise économique et financière pour se poursuivre avec la crise monétaire et de l’équilibre géopolitique mondial.

    Pour corser le tout, étant donné que c’est la politique monétaire suicidaire de la Federal Reserve (taux d’intérêt à court terme négatifs, création illimitée de liquidité ex nihilo, monétisation des dettes publiques et privées, etc.) qui est responsable de la relance de l’inflation partout dans le monde et de la hausse des prix des matières premières, il faut s’attendre à ce que les USA (encore premiers consommateurs mondiaux) en soient aussi la victime finale, surtout en cas de hausse des prix du pétrole brut -dont au surplus leur approvisionnement serait menacé par la nouvelle donne géopolitique-. Si le pétrole brut venait à dépasser les 125-130 dollars US le baril, non seulement la fausse reprise économique US gonflée aux amphétamines monétaires tournerait court mais aussi les marchés d’actions se retourneraient violemment à la baisse pendant que les métaux précieux exploseraient selon le scénario de la dépression hyper-inflationniste.

    dolfev


  • 04fév

    Le dollar australien est en train de casser son plus haut historique contre le dollar US, ce qui laisse augurer aussi une hausse des métaux précieux au dessus de leurs plus hauts historiques. Les manipulateurs (US bullion banks et la Federal Reserve) en seront pour leurs frais.

    austra

« Previous Entries   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenues dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées. La grande crise systémique -en cours depuis 2007- d’effondrement de la plus grande pyramide d’endettement et de crédit factice de l’Histoire, qui constitue le prélude à la rupture des Systèmes bancaire et monétaire occidentaux en même temps que va exploser l’hyper-inflation, fournissant la triste illustration de nos thèses, il y a lieu de les prendre en considération.