Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 26Avr

    Les marchés des métaux précieux restent dominés par l’opacité dans laquelle les ont volontairement placés et continuent de les entretenir pour mieux les manipuler banques centrales occidentales et bullion banks qu’elles financent. L’or vient de corriger en dollars US (pas dans les autres monnaies), comme on pouvait s’y attendre mais beaucoup plus vite qu’attendu, du fait d’un short covering massif (de Goldman Sachs), la moitié de son dernier mouvement de chute (1.520 – 1.320) commencé le vendredi 12 avril  mais l’argent-métal est resté assez déprimé (les bullion banks comme JP Morgan n’ayant toujours pas couvert leurs shorts), de telle sorte que le ratio or/argent continue de monter ce qui constitue un signal à moyen terme toujours baissier pour les deux métaux (on notera a contrario que les plus hauts niveaux des deux métaux ont été atteints en 2011 alors que ce ratio était au plus bas).

    gold-silver

    Les graphiques ci-dessous en fin de ce commentaire (indications techniques beaucoup plus pertinentes en terme de prédiction que les supposés « fondamentaux », qu’on le veuille ou pas) indiquent que l’or pourrait en extrême chuter vers 1.000 dollars US l’once et l’argent-métal vers 15-16, avant de terminer leur actuel cycle baissier commencé en 2011 (qui est maintenant bien identifié même si la plupart des « gourous » le nient toujours !). A la hausse, leurs résistances demeurent 1.520 et 26,10. La probabilité est qu’ils restent confinés entre les bornes précitées assez longtemps n’offrant que des opportunités de trading à court terme tant à la hausse qu’à la baisse, du fait de grands swings mais sans tendance régulière. Mais, au stade actuel, l’honneteté implique de reconnaitre que PERSONNE NE SAIT AVEC CERTITUDE si les métaux vont rechuter ou remonter… puisque cela dépend de la persistance ou pas de la différentiation entre métaux physiques et métaux papiers qui ont divergé ces derniers mois et de la tendance à court terme du dollar. Nous avons pour le moment couvert nos shorts sur les métaux avec profit.


    http://www.mineweb.com/mineweb/content/en/mineweb-gold-analysis?oid=187188&sn=Detail

    —-

    http://business.financialpost.com/2013/04/18/meltdown-15-of-worlds-gold-miners-face-collapse-after-plunge-in-price-strips-169-billion-off-market-value/

    IMPORTANT A LIRE

    http://www.gold-eagle.com/editorials_12/maund042213.html

    Quant aux monnaies et aux actions, c’est la confusion. Le dollar/yen n’a pas pu casser à la hausse les 100 ni l’euro/dollar rester sous les 1,30, ce qui fait douter de la poursuite de la hausse du dollar US, pendant que les actions sont remontées dans le sillage de la légère reprise des matières premières (cuivre, pétrole brut) et en l’attente d’une prochaine baisse de ses taux d’intérêt à court terme par la BCE sur fond de désaccord persistant entre l’Allemagne et ses « partenaires » de la zone euro quant à l’opportunité d’une « relance » de la consommation à base de dépenses publiques supplémentaires, alors que le panorama économique occidental et dans les BRIC continue de se dégrader (en particulier le chômage de masse).

    Conclusion: Ne conserver sur la plupart des marchés que des engagements LÉGERS avant d’y voir plus clair.





    http://la-chronique-agora.com/delit-inities-flash-krach/#anc

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/fake-tweet-stock-plunge/2013/04/23/id/501016

    http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-toute-politique-relance-fondee-uniquement-consommation-est-forcement-vouee-echec-alain-fabre-707807.html

    La question  que l’on doit se poser est la suivante: le plongeon récent des métaux précieux qui a pulvérisé en deux jours quelques mille milliards de dollars US (donc représenté un sérieux credit crunch) peut-il ne pas affecter négativement, indépendamment des actions des sociétés minières qui ont évidemment chuté et ne remonteront pas, tous les autres actifs en particulier les marchés d’actions dans leur ensemble, même avec un effet retard du fait du temps nécessaire pour comptabiliser les pertes et mettre en place les arbitrages ad hoc ? Le chief technical strategist de Barclays, mais aussi plusieurs autres analystes pointus, estiment que non. Comme lors de tout « tremblement de terre », il y des effets secondaires après le choc initial. Quels seront-t-ils cette fois-ci ? Sans doute une chute des actions, US en particulier, dont toutes les indications techniques graphiques montrent à quel point elles évoluent à des niveaux stratosphériques impossible à tenir longtemps sans correction majeure avant de repartir. Sell in May and Go Away ? comme le dit l’adage boursier.


    http://www.cnbc.com/id/100659604

    http://www.moneynews.com/Companies/Caterpillar-Earnings-Profit-Mining/2013/04/22/id/500644

    http://business.financialpost.com/2013/04/18/meltdown-15-of-worlds-gold-miners-face-collapse-after-plunge-in-price-strips-169-billion-off-market-value/

    Le flash crash de cette semaine sur les actions US pourrait être prémonitoire à cet égard. Lire l’excellent petit livre intitulé « Krach Machine », comment les traders à haute fréquence menacent de faire sauter la Bourse ?- par Frédéric Lelièvre et François Pilet, Calmann-Lévy, mars 2013, (17 euros).

    Les marchés d’actions, caractérisés par un grand changement à savoir que LES BANQUES CENTRALES RECONNAISSENT MAINTENANT OFFICIELLEMENT QU’ELLES EN ACHÈTENT alors qu’elles s’abstenaient de traiter ce type d’actifs spéculatifs jusqu’il y a encore peu de temps, pendant que les particuliers s’en sont massivement retirés et que les programmes de trading basés sur des algorithmes décident des achats et des ventes, sont ainsi devenus de plus en plus risqués jusqu’à l’accident final…

    Les achats d’actions et/ou d’obligations par les banques centrales, pour les maintenir plus longtemps à la hausse, comme leurs ventes d’0r, pour le faire baisser, et leurs politiques monétaires de destruction des monnaies papiers aux fins de « dévaluation compétitive » ne constituent en réalité que des actes de désespoir pour repousser le plus longtemps possible l’inévitable faillite du Système monétaire et bancaire, mais faussent en permanence les « marchés financiers » qui de ce fait ne sont plus évalués à leur juste prix. Cet interventionnisme étatique permanent (au surplus appuyé sur un appareil statistique ne produisant que de fausses données) détruit les mécanismes économiques devenus alors incapables de générer des signaux valables de nature à permettre aux investisseurs de prévoir les évolutions futures desdits « marchés », voilà pourquoi il importe de mettre les banques centrales hors d’état de nuire si l’on veut revenir à une économie de liberté effectivement productrice de richesses. Le plus extraordinaire étant que médias et politiciens rendent responsable de ce désastre le libéralisme alors que c’est le dirigisme qui est coupable de tous ces maux.


    http://www.bloomberg.com/news/2013-04-24/central-banks-load-up-on-equities-as-low-rates-kill-bond-yields.html

    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-25/central-banks-join-herd-openly-buying-stocks-record-amounts

    ————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

    Pour les naïfs qui croient que la chute des métaux précieux est accidentelle… et que la « démocratie » américaine continue de fonctionner…

    La corruption de l’administration Obama (ex sénateur de Chicago qui est comme l’on sait une ville où l’on peut se faire élire sans lien avec la mafia) liée à Jamie Dimon, le patron de JP Morgan (la principale bullion bank), grand manipulateur de l’or et de l’argent-métal et financier du parti « démocrate », éclate au grand jour !!!!

    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-26/jpmorgan-accounts-993-comex-gold-sales-last-three-months

    ————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

    gold-plsilver-pl

    Le double top (baissier) sur le Standard & Poors des actions US reste valable

    serge-perreault-spx-update

    stand-poors

  • 19Avr

    CE SITE EST MIS A JOUR EN FIN DE CHAQUE SEMAINE

    ——————————————

    Nous pensons que les niveaux de 1.300 et de 21,50 dollars US l’once sur l’or et l’argent-métal mentionnés dans notre dernier commentaire qui pour le moment n’ont pas été enfoncés constituent des supports à partir desquels ils pourraient modérément rebondir (du fait de short-coverings) mais, leur tendance haussière étant durablement cassée compte tenu des pertes énormes que la plupart de leurs détenteurs ont dû subir ce qui ne les incitera pas de sitôt à en acheter (ce qui n’est pas notre cas puisque nous avions dans la mesure du possible allégé, arbitré ou renversé nos positions longues avant la chute), sans compter que les mécanismes de manipulation de ces métaux à la baisse sont toujours en place (le double marché entre métaux papiers et métaux physiques en particulier), tout rebond ne devrait être que temporaire et limité.

    Pour les conduire ensuite (au pire) progressivement vers 1.000-1.100 et 16-18 respectivement, là où se situe leur grand support à long terme. C’est-à-dire en dessous de leurs coûts globaux de production, d’exploitation et de commercialisation. Entretemps, la plupart des sociétés minières (dont il ne faut surtout pas acheter ou conserver les actions -répétons le-) devenues non rentables feront faillite (CE POINT EST LE SEUL ÉLÉMENT POSITIF DU PLONGEON ACTUEL, avec la conséquence ultérieure que l’on peut imaginer tenant à l’effondrement progressif de l’offre des métaux, ce qui précisément fera plus tard repartir leurs prix à la hausse quand leur demande naturellement reviendra). L’effondrement des métaux s’est fait en deux jours, leur consolidation puis leur reprise prendront des semaines voire des mois… Pour le moment ces « marchés » sont durablement cassés parce que leurs intervenants sont traumatisés ! La question qui demeure est de savoir que faire des métaux physiques pour ceux qui en ont encore, nous y réfléchissons et la traiterons prochainement.

    6a0105370026df970c01901b6eaa8a970b-800wi

    La plupart des analystes excessifs (pour ne pas dire quasi dingos) comme ceux qui par exemple écrivent sur le site « King World News » (dangereux et irresponsables parce qu’entretenant de fausses attentes de gains mirobolants ensuite nécessairement déçues auprès des investisseurs) expliquant depuis des mois que les prix des métaux et des actions des sociétés minières vont exploser à la hausse sont totalement coupés des réalités et tous ceux qui les ont écoutés n’ont fait que subir des pertes. Il faut arrêter de suivre les fantaisies de ces idéologues. Parce que leurs arguments ne sont pas convaincants. Le seul élément de nature à faire rapidement remonter les prix des métaux serait une chute éventuelle du dollar US contre la plupart des monnaies de papier, l’euro et le yen surtout. Mais elle n’est pour le moment, sauf accident, pas d’actualité puisque la zone euro s’enfonce irrémédiablement dans la crise permanente ( l’Allemagne devenue non coopérative ayant décidé de jouer sa propre carte contre ses partenaires lesquels restent tétanisés au lieu d’en profiter pour sortir de l’euro) et que le Japon détruit sa monnaie.

    A noter, enfin, ce qui illustre un nouveau développement de la « guerre des monnaies », que la Federal Reserve US a de facto confisqué l’or que certaines banques centrales occidentales ont déposé chez elle -sans avoir eu besoin de se saisir de celui détenu par le public- puisqu’elle a admis récemment ne pas pouvoir rendre le sien à la Bundesbank allemande avant sept ans sans que cette dernière d’ailleurs ne proteste, histoire de leur montrer qui est le « patron » du système monétaire actuel, et qu’en faisant sciemment chuter le prix de l’or elle place en situation financière difficile plusieurs BRIC et pays émergents qui accumulent depuis des années de l’or en vendant leurs dollars US, histoire de leur montrer qu’ils doivent stopper cette diversification. La manipulation de l’or à la baisse a des raisons géopolitiques évidentes impliquant qu’elle pourrait durer puisqu’elle sert les intérêts de la puissance mondiale encore dominante que sont les USA et de ses banques qui y ont trouvé un nouveau moyen de faire des profits.

    Le graphique ci-dessous montre la relation inversée entre le dollar US et l’or dont la validité a presque toujours été vérifiée (à savoir que l’or ne monte que lorsque le dollar US baisse et réciproquement que l’or baisse lorsque le dollar US monte) puisque l’or est une MONNAIE pas une marchandise et qu’il constitue L’ANTI-DOLLAR US  :

    chan041313-6

    De telle sorte la chute du yen contre dollar US (c’est-à-dire la hausse du dollar US contre yen) a joué un grand rôle dans la chute récente de l’or et de l’argent-métal et pourrait peser encore très négativement sur leurs prix si elle se poursuivait. A noter (selon le graphique ci-dessous publié par John Murphy de Stock Charts le 12 avril déjà) que l’or, la dernière fois que le yen était aussi bas (en 2009), valait 1.050 dollars US l’once… ce qui laisse de la marge pour une baisse supplémentaire du métal :

    gold-vs-yen-4-12-2013

    Le dollar US reste orienté à la hausse depuis avril-mai 2011 et devrait casser prochainement les 84 sur le USD Index (graphique ci-dessous) pour progressivement monter vers 87 courant 2013, toutes les autres monnaies (euro, yen, CHF, livre sterling, dollars australien et canadien, etc.) devraient donc demeurer sous pression baissière. Métaux, matières premières et actions aussi (à l’exception vraisemblable du Nikkei puisque c’est surtout à l’encontre du yen que pour le moment le dollar US monte).

    usdpl

    Quant aux marchés d’actions américains et européens, ils devraient chuter beaucoup plus bas que leurs niveaux de prix actuels ne correspondant en rien à la réalité de l’activité économique occidentale laquelle est en croissance zéro voire en récession, pendant que celle des BRIC et autres pays émergents se réduit sensiblement. Et ce serait alors le krach global, accompagné d’une forte remontée du dollar US voire des obligations d’Etat U.S. que les détenteurs de capitaux du monde entier continuent d’acheter avec une persistance confondante -puisque ce sont des actifs de papier pourris comme les autres- (un point sur lequel les haussiers systématiques sur l’or ont théoriquement raison mais ce qu’ils ne comprennent pas c’est que l’on peut être partisan de l’étalon-or -ainsi que nous le sommes résolument- tout en admettant que dans notre système actuel de monnaies fiduciaires de papier manipulées il peut aussi baisser).

    Concernant la baisse des actions, le S+P500 américain (manipulé à la hausse par la Fed) ne commence qu’à peine sa correction baissière, laquelle est déjà bien entamée en Europe (comme le montre le DAX allemand non manipulé par la BCE) et plus encore dans les pays émergents.

    spxpl

    dax

    Le paysage global actuel est déflationniste (en grande partie du fait de la mondialisation monétairement non maitrisée) d’autant que la création massive de liquidités par les banques centrales, via le Quantitative Easing et autre LTRO ou OMT, reste dans la « trappe à liquidités » sans rentrer dans les économies réelles (d’où la quasi absence d’inflation et le « credit crunch ») puisqu’il n’y a plus pour les investisseurs de débouchés vraiment productifs, que la pression fiscale sur les éventuels profits est confiscatoire et que la plupart des banques ne prêtent plus. En réalité, toutes ces politiques monétaires ultra laxistes, ne servant tant bien que mal qu’aux Etats à couvrir leurs déficits et endettements et qu’aux banques « too big to fail » à éviter leur faillite, n’ont pas d’autre effet réel que de permettre aux « pouvoirs publics » et à d’autres acteurs monopolistiques de créer les bulles de certains actifs entretenant l’illusion de richesse pour attraper les « gogos » mais finissant toujours très mal, ainsi qu’on le verra bientôt sur les marchés d’actions et/ou d’obligations.

    Les politiques monétaires ultra laxistes et de répression financière et fiscale, comme de dévaluation compétitive, qui ne sont que des rustines sur des pneus crevés, ne suffiront pas à tout régler et le risque augmente de voir les principaux Etats en particulier européens vendre leurs stocks d’or pour couvrir leurs dettes (qui ne se réduisent pas -bien contraire- compte tenu de l’absence de croissance), ce qui évidemment pourrait se transformer en « Béresina » d’abord pour les métaux précieux puis pour l’ensemble des marchés financiers (actions comprises en raison de l’effet domino). Les « pouvoirs publics » choisiront toujours les expédients à court terme et ne se résoudront jamais à réformer complétement les systèmes monétaire et bancaire, voilà pourquoi il ne faut pas attendre d’eux qu’ils agissent dans le sens du « bien commun » (c’est-à-dire du rétablissement de la stabilité monétaire basée sur l’étalon-or et de la suppression du système des réserves fractionnaires).

    Conclusion: ne plus prendre de positions à moyen ou long terme (qui risquent de se terminer par de grosses pertes) puisque la visibilité est bouchée et que les prix des actifs n’ont plus rien à voir avec la loi de l’offre et de la demande, mais effectuer du trading à court terme (en tâchant de réaliser des profits cumulatifs au jour le jour ainsi que la chute des métaux vient de nous permettre de le faire même si sa rapidité ne nous a hélas pas complétement permis d’en tirer partie). Souplesse et liquidité voilà les maîtres mots. Évidemment, plus facile à dire qu’à faire!

    Dans l’optique de la chute des matières premières qui s’accélère nous conseillons l’achat du SMN lequel devrait monter au fur et à mesure que l’indice CRB baisse.

    crb1smn

  • 13Avr

    Avec la décision du Japon d’accroitre massivement son Quantitative Easing, sans que pour le moment aucune des autres principales banques centrales engagées dans la création permanente de fausse monnaie et/ou les dévaluations compétitives des monnaies qu’elles émettent ne diminue ses propres pratiques de manipulation dans ces matières, le monde est submergé de liquidités artificielles que les « pouvoirs publics » (banques centrales et Etats) en Occident dirigent vers les actifs qui servent le mieux leurs objectifs de répression financière et fiscale (actions et obligations) tout en les retirant de ceux qui ont un potentiel déstabilisateur pour la généralisation de leurs pratiques monopolistiques (métaux précieux et autres actifs réels). Et cela, tout en augmentant massivement la pression fiscale sur les particuliers et les entreprises dont les patrimoines s’étiolent.

    Ce qui à terme ne peut qu’accroitre l’euthanasie de l’épargne d’autant que les taux d’intérêt à court terme restent négatifs par rapport à l’inflation sous-jacente, ce qui signifie que la valeur réelle de la monnaie s’écroule et donc provoque l’évaporation du pouvoir d’achat des consommateurs en même temps que les investisseurs sont conduits à cesser de financer les économies réelles en l’absence de débouchés productifs. Dans de telles conditions, il n’y a que les Etats qui parviennent à assurer la couverture de leurs dettes publiques au moindre coût du fait des achats d’obligations pratiqués par les banques centrales et les grandes banques « too big to fail » qui accumulent des profits nominaux du fait de leurs pratiques de spéculation financière sur certains marchés d’actions manipulés à outrance pour assurer leur surévaluation. Le risque de crise monétaire et bancaire systémique est ainsi reporté dans le temps mais le revers de la médaille c’est que l’affaiblissement de la croissance économique se poursuit irrémédiablement. Avec son cortège de chômage de masse et de paupérisation des peuples, ce qui accroît le risque d’explosion sociale et politique dans de nombreux pays. Sans oublier: 1/ la perte de liberté pour les agents économiques que constituent les politiques de répression financière et fiscale qui mènent au BIG BROTHER de nature dictatoriale via la planification centrale monétaire et 2/ la corruption des dirigeants gouvernementaux et des grandes banques « too big to fail » qui peuvent en toute opacité tirer secrètement avantage de leurs relations mutuelles.

    Comme nous le pressentions depuis quelques temps, les prix des métaux précieux ont été cassés par l’instauration sciemment préméditée par les « pouvoirs publics » occidentaux d’un DOUBLE marché des métaux PAPIERS dont le volume est quasi illimité (manipulés par les banques centrales occidentales et les bullion banks qui agissent pour le compte desdites banques centrales en les vendant à terme) et des métaux PHYSIQUES en quantité nécessairement limitée (qui continuent d’être achetés par certains investisseurs et les banques centrales des pays émergents) mais ne peuvent pas résister à la pression baissière des métaux papiers balayant tout sur son passage. Il ne faut donc pas lutter contre une mécanique implacable qui ne s’épuisera probablement que quand les prix des métaux seront tombés plus bas que leurs coûts de production.

    Les supports de 1.520 et de 26 dollars US l’once ayant été cassés à la baisse sur l’or et l’argent-métal, les prix de ces deux actifs pourraient prochainement chuter vers 1.300 et 21,50 dans un premier temps. Positionnez-vous en conséquence (comme nous l’avons fait pour la plupart de nos clients en gestion et notre Fonds) en achetant le ZSL et le GLL (surtout si vous détenez encore des positions longues sur les métaux physiques) et aussi le DUST puisque la plupart des sociétés minières devraient continuer de voir leurs cours s’effondrer. Et s’il y avait un rebond temporaire des prix desdits métaux, augmentez les shorts. Ne les couvrez que vers 1.300 et vers 21,50, pas avant. Si un tel mouvement à la baisse se produisait ce serait pour beaucoup de gens se positionnant dorénavant shorts le moyen de refaire, en raison de la chute à venir des métaux, les pertes subies en 2012 du fait de l’achat malheureux de ces actifs (erreur de les acheter que nous avons nous-même faite pour finalement heureusement « renverser la vapeur » il y a quelques temps courant mars 2013 parce que la divergence baissière entre les cours des actions des sociétés minières qui chutaient et les prix des métaux qui tenaient encore nous a fait comprendre que ces derniers ne pouvaient plus monter avant longtemps).


    http://blogs.barrons.com/focusonfunds/2013/04/10/now-citigroup-private-bank-dumps-gold-too/

    —-

    Les interventions des banques centrales, que les Etats ont commis la fatale erreur de laisser diriger les systèmes monétaires et bancaires à la place des marchés libres (et sans avoir en outre à en rendre compte aux peuples), sont en passe de ruiner tous ceux qui leur font encore confiance (l’affaire chypriote est éloquente à cet égard). Si vous détenez par ailleurs encore des actions et/ou des obligations, allégez au maximum les portefeuilles parce que le séisme relatif à la chute des métaux précieux ne restera pas sans conséquence sur l’ensemble des autres actifs, ne serait ce qu’en appauvrissant beaucoup d’investisseurs partout dans le monde, de banques privées occidentales et de banques centrales de pays émergents ayant placé dans les métaux précieux une partie importante de leurs avoirs qui devront vraisemblablement liquider d’autres placements pour couvrir leurs pertes sur les métaux.

    Alan Greenspan, du temps où il était encore un libéral avant de devenir le président de la Fed, avait écrit un court texte qui prend toute son actualité dans les circonstances actuelles que nous vous invitons à lire ci-dessous pour comprendre les raisons profondes de la cassure des prix des métaux précieux par la Federal Reserve et les autres banques centrales occidentales qui ont ainsi gagné la première manche.


    http://ami.du.laissez-faire.eu/_greens1.php5

    Conclusion de l’article publié ci-dessus:

    « En l’absence d’un étalon-or, il n’existe aucun moyen de protéger l’épargne contre la confiscation par l’inflation. Il n’existe aucune réserve de valeur fiable. S’il y en avait une, il faudrait que les hommes de l’État déclarent sa détention illégale, comme ils l’ont fait dans le cas de l’or. Si tout le monde décidait, par exemple de convertir tous ses dépôts bancaires en argent, ou en cuivre ou dans toute autre marchandise, et refusait ensuite d’accepter des chèques en paiement d’autres produits, les dépôts bancaires perdraient leur pouvoir d’achat et le crédit bancaire créé par les hommes de l’État deviendrait sans valeur comme moyen d’obtenir des biens. La politique financière de l’Etat-providence nécessite par conséquent qu’il n’existe aucun moyen de se protéger pour les détenteurs de richesses.

    Voilà donc le minable secret de ces tirades étatistes contre l’or. Le déficit budgétaire n’est rien d’autre qu’une combine pour confisquer la richesse sans en avoir l’air. L’or apparaît comme le gêneur dans cet insidieux processus. Comme le protecteur des Droits de propriété. Si on saisit cela, on n’a aucune peine à comprendre la haine des étatistes à l’encontre de l’étalon-or. »

    —-

    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-12/first-bitcoin-now-gold-all-alterantive-currencies-must-be-crushed

    —-

    Lire aussi sur la répression financière et fiscale

    http://www.spiegel.de/international/business/interview-with-harvard-economist-carmen-reinhart-on-financial-repression-a-893213.html

    —-

    http://www.moneynews.com/FinanceNews/central-banks-Reinhart-debt-governments/2013/04/12/id/499158
    —-
    http://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2011/06/pdf/reinhart.pdf

    http://www.contrepoints.org/2013/04/03/120386-fiscalite-et-repression-financiere-limposition-visible-et-invisible

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/06/13/04016-20110613ARTFIG00447-comment-les-etats-sans-le-sou-forcent-les-epargnants-a-les-financer.php

    —-
    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-07/kyle-bass-japanese-retirees-will-lose-half-their-life-savings

    —-

    Les trois actifs à acheter pour tirer bénéfice de la baisse de l’or, de l’argent-métal et des actions des sociétés minières (prix en dollars US):

    zslglldust

    La chute des prix des métaux précieux et aussi industriels (comme le cuivre) prend place dans le cadre d’une chute globale des prix des matières premières de nature déflationniste (voir ci-dessous le premier graphique -celui de l’indice CRB qui pourrait baisser vers 210 comme en 2008-2009-) du fait de la récession économique mondiale qui se propage, ce qui est également négatif pour les marchés d’actions. Le deuxième graphique ci-dessous (de l’indice S+P500) montre à quels niveaux extrêmes intenables de surévaluation et de manipulation se trouvent les actions qui ont toujours chuté en même temps, ou tout de suite après, que les matières premières ont commencé de le faire.

    crbspx-pl-pl

  • 03Avr

    De 2001 à 2011, l’or est monté de 254 à 1.923 et l’argent-métal de 4,10 à 49,41 dollars US l’once. Le premier a vu son prix multiplié par 7,57 et le second par 12,05. Ils sont depuis le début 2011 tous les deux en forte correction baissière. En se basant sur la technique de prévision graphique dite des « retracements » de Fibonacci, l’or pourrait, s’il corrigeait de 38,20% son mouvement de hausse, chuter vers 1.300 (1.295,92 exactement). Et même vers 1.090 (1.088,91 exactement) s’il corrigeait de 50%. L’argent-métal a quant à lui déjà corrigé de 50% à 26,75. S’il corrigeait de 61,80% il pourrait  chuter vers 21,50 (21,41 exactement). Il est normal que l’argent-métal corrige à la baisse plus que l’or puisqu’il est initialement monté plus que ce dernier et qu’il est traditionnellement plus volatile.

    Nous ne savons évidemment pas ce qu’il va se passer prochainement pour ces deux métaux précieux, personne n’étant d’ailleurs en mesure de le savoir (sauf probablement les chefs traders des trois ou quatre bullion banks et de la BRI qui manipulent à la baisse ces actifs via les marchés à terme sur ordre des banques centrales occidentales) puisque cela dépend aussi de l’évolution du dollar US, dont la hausse actuelle est mécaniquement négative pour tous les actifs exprimés dans cette monnaie (y compris pour les indices boursiers US en général même s’il ne la prennent pas encore en compte ne considérant que les liquidités massives créées artificiellement par la Federal Reserve US pour les propulser à la hausse).

    http://www.usatoday.com/story/money/markets/2013/03/30/resurgent-dollar-could-hurt-sp-500-earnings/2038173/

    L’achat de métaux précieux protège contre la chute du dollar US et les tensions inflationnistes qui en résultent (ce qui s’est produit de 2001 à début 2011) mais il ne protège généralement pas contre la chute de l’euro et/ou du yen contre dollar US (comme on a pu le voir du début 2011 à maintenant) étant donné que lesdits métaux sont principalement côtés et traités en dollars US. L’or, en particulier, étant l’anti-dollar US, il y a fort à parier que, même si l’euro venait à imploser puis à disparaitre sous sa forme actuelle, c’est le dollar US qui monterait et non pas l’or (sauf marginalement quand on l’exprime en euros).

    Pour le cas où les supports en dollars US vers 1.520 sur l’or et vers 26 sur l’argent-métal devaient être cassés à la baisse, il y a une forte probabilité (si l’on se base sur les projections de Fibonacci) que le premier chute vers 1.300 et le second vers 21,50 d’ici le milieu de l’année 2013 avant que les manipulateurs couvrent leurs positions shorts actuelles, sans présager d’ailleurs de la possible remontée de ces deux métaux dans la deuxième moitié de ladite année 2013, une fois les marchés ayant été temporairement débarrassés desdits manipulateurs qui ne prendront pas le risque de rester shorts ou de mettre en place de nouveaux shorts après de telles corrections baissières.

    Pour ce qui concerne l’indice HUI des actions des sociétés minières, qui n’est pas seulement lié à l’évolution des prix de l’or et de l’argent-métal mais aussi à celle du cuivre (lequel s’est retourné à la baisse) et des indices boursiers en général (qui n’ont pas encore vraiment commencé leur correction), il a déjà corrigé de 50% à 320,65 et pourrait chuter vers 253 s’il corrigeait à la baisse comme l’argent-métal pourrait le faire de 61,80%. Les actions des sociétés minières présentant, à notre avis, un risque de correction plus grand que les métaux eux-mêmes (1/ parce que ce ne sont que des actifs papiers alors que les métaux sont des actifs réels et 2/ parce que les coûts d’extraction des métaux et de fonctionnement en général des sociétés minières ont fortement augmenté alors même que les prix des métaux ont baissé ce qui fait disparaitre leurs bénéfices), il n’y a pas lieu actuellement de conserver ces actions (si l’on en a encore) alors que, tant que les supports respectifs vers 1.520 et 26 sur l’or et l’argent-métal ne sont pas cassés à la baisse, il n’y a pas de certitude qu’ils puissent baisser plus avant à court terme mais il est prudent de diminuer fortement les positions haussières ou de les arbitrer en partie (ainsi que nous l’avons fait depuis près de deux semaines pour les actifs de tiers que nous gérons). D’autant que les sociétés minières ayant repris leurs pratiques de hedging, elles limitent par leur propre trading les possibilités de reprise des métaux.

    Pour vraiment rétablir leur tendance haussière à court et moyen terme et sortir de leur zone actuelle de risque de baisse, il faudrait que l’or casse les 1.700 et l’argent-métal les 32,50 dollars US l’once à la hausse, ce qui n’en prend pas le chemin puisqu’ils restent sous pression et que chacune de leurs reprises techniques timides sont presque aussitôt contrées. Il y a lieu, évidemment, de ne plus du tout détenir de platine ou de palladium qui sont correctement évalués.

    On trouvera dans notre dernière étude ci-dessous une explication des raisons du mouvement récent des métaux:

    ——-
    pourquoi-et-comment-les-banques-centrales-occidentales

    ——–
    Les banques centrales occidentales, pour faire chuter les prix des métaux précieux dont la continuation de la hausse menaçait tout le système monétaire actuel des monnaies de papier (en particulier le rôle dominant du dollar US qui permet aux USA de vivre à crédit), ont créé via les bullion banks et les marchés à terme du métal papier pour plus de 200 fois le métal physique sous-jacent (ce qui était difficilement prévisible et que nous n’avions d’ailleurs pas pensé possible tant cette manipulation est considérable!). Cela équivaut à avoir un double marché des métaux (comme il y a eu jadis un double marché des changes), le papier prenant actuellement le pas sur le physique (selon la loi de Gresham: « La mauvaise monnaie chasse la bonne »), d’où la baisse actuelle des prix des métaux papiers (ayant formé une bulle en cours d’explosion) qui se répercute inévitablement sur les métaux physiques jusqu’à ce que probablement ils se rapprochent de leurs coûts de production (et qu’alors il n’y ait plus de risque à les acheter).

    Par ailleurs, un processus analogue de monétisation massive ayant été mis en place sur les marchés d’actions en général, ils sont vraisemblablement programmés pour s’écrouler… On doit donc sortir des actions (si l’on en a encore) sans revenir dans les obligations qui ne rapportent plus rien mais sur lesquelles le risque de perte est considérable dès que les taux d’intérêt à moyen et long termes remontent (ce qui est le cas aux USA et dans les pays les plus endettés d’Europe et d’ailleurs).

    Quand un actif essentiel comme l’or chute, les autres ne tardent pas à suivre. C’est l’effet domino. Les dommages directs et collatéraux de la chute des métaux précieux tant sur le système bancaire mondial que sur l’équilibre financier des BRIC et autres pays émergents -qui sont déjà suffisamment précaires- feront vite regretter à nos banquiers centraux occidentaux les politiques de destruction qu’ils mettent en place.

    Conclusion: Gardez temporairement le plus de cash possible disponible et vos investissements dans les actifs réels (immobilier, terres agricoles, œuvres d’art, etc.). Attendez que l’agitation actuelle se calme. WAIT AND SEE…

    —-

    goldsilverhuispxLe premier objectif du S+P500, dont le graphique est ci-dessus, se situe vers 1485 soit 38,20% de retracement de sa dernière vague de hausse depuis novembre 2012.

   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.