Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 22Fév

    La reprise du dollar US contre les deux autres principales monnaies de papier, l’euro (à nouveau fragilisé par les inquiétudes politiques et sociales relatives à l’effondrement économique de la zone euro qui n’en finit pas) et le yen (dont la destruction est sciemment organisée par les autorités japonaises), a continué d’exercer un effet baissier sur les métaux précieux, d’autant que les bullion banks continuent leurs ventes massives systématiques. Nous avons liquidé avec profit nos positions longues sur le platine et le palladium la semaine passée et avons allégé nos positions longues sur l’argent-métal cette semaine, sans rien changer à nos positions longues sur l’or (toutes détenues en USD).

    Mais, cette semaine, ce sont aussi les actions et les matières premières qui ont dévissé dans le sillage de la chute des obligations provoquée par la hausse des taux d’intérêt à moyen et long terme, US surtout.  D’une part, parce qu’il n’y a pas suffisamment de croissance économique pour justifier les niveaux actuels de sur-évaluation des actions et des matières premières (pétrole brut et cuivre en particulier). D’autre part, parce que la banque centrale US, dont la politique monétaire ultra-laxiste commence à être contestée en son propre sein puisqu’elle n’a atteint aucun de ses supposés objectifs (mis à part d’entretenir la bulle des actions et de l’immobilier) et que le chômage augmente toujours aux USA, a continué de faire part de ses interrogations quant à la poursuite de ses achats d’obligations à hauteur de 85 milliards de dollars US par mois. A noter aussi que la Banque centrale de Chine a nettement resserré sa politique monétaire dont les effets inflationnistes se propagent dans tout l’Empire du Milieu. Nous conservons nos positions en SDS.

    Nous devrions donc être à des niveaux proches de leurs plus bas possibles sur l’or et l’argent-métal (puisqu’il faudra bien que les bullion banks couvrent leurs positions shorts pour matérialiser leurs profits ce qui fera remonter ces métaux) mais à des niveaux proches de leurs plus hauts possibles sur les actions (l’indice VIX de volatilité étant à son plus haut depuis le 1er janvier 2013, il devrait continuer sa progression) et les matières premières (pétrole brut et cuivre en particulier) pendant qu’il n’y a toujours rien à faire sur les obligations.

    Il y a encore un risque de baisse de l’or et de l’argent-métal (vers respectivement 1.520 et 26,20 USD l’once au pire) pendant la semaine commençant le 25 février qui verra l’expiration des options sur ces métaux au Comex (systématiquement massacrés à cette occasion) et le résultat des élections italiennes (ce qui pourrait entrainer une nouvelle chute de l’euro/dollar US).

    http://www.bloomberg.com/news/2013-02-22/economists-warn-fed-risks-losing-control-amid-budget-deficits.html
    ——

    http://www.zerohedge.com/news/2013-02-21/nirvana-creditopia-and-why-central-banks-are-devil

    ——

    http://www.marketwatch.com/story/jobless-claims-climb-20000-to-362000-2013-02-21?

    —–

    —-
    —–

    —–
    http://fr.news.yahoo.com/wall-street-ouvre-baisse-143647401–finance.htm

    ——

    http://www.cnbc.com/id/100482286

    ——-

    http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2013/2/22_This_Is_How_The_Great_Money_Printing_Experiment_Will_End.html

    —-

    —-

    La formation en tête-épaules baissière sur le Dollar US Index n’a toujours pas été cassée à la hausse et l’euro/dollar US reste encore haussier. Pendant que le S+P500 est au maximum de son extension haussière, que l’indice CRB des prix des matières premières s’est retourné à la baisse (signe de faiblesse de l’économie mondiale) et que le VIX remonte (ce qui est négatif pour les actions). Les obligations d’Etat US restent à la baisse.
    usdoleurodol

    serge-perreault-spx-update3

    spx

    indice-prix-mat-premvix1usb

    L’indice STOXX 50 des actions européennes s’est retourné à la baisse.

    act-europ

    L’or et l’argent-métal exprimés en dollars US se rapprochent du bas de leur trading range (dans lequel ils sont bloqués depuis plus d’un an et demi) qu’ils ne devraient pas casser à la baisse et à partir duquel ils devraient remonter.

    gold3silver2

  • 16Fév

    Nous savons que l’or est une monnaie et non pas une matière première et que c’est même la principale monnaie alternative au dollar US puisqu’il est principalement côté et que l’essentiel de ses transactions se font dans cette monnaie US. Et donc qu’il ne monte que quand le dollar US baisse contre les autres principales monnaies de papier. Ce qui explique sa hausse pendant près de dix ans, période pendant laquelle le dollar US a baissé de façon synchronisée contre l’euro, le yen et autres monnaies de papier qui évoluaient alors en parallèle toutes à la hausse contre le dollar US.

    En 2011-2012 a eu lieu la crise européenne qui a fait chuter l’euro contre le dollar US, lequel est remonté vivement non pour ses propres qualités mais par défaut, raison pour laquelle l’or a chuté (de -21%). Cette année, les variations monétaires n’étant plus synchronisées et la plupart des Etats et/ou des banques centrales voulant dévaluer ensemble leurs monnaies (sauf l’euro que la BCE défend parce que l’Allemagne et la Bundesbank l’exigent), cela recommence, mais cette fois-ci c’est le yen japonais qui chute contre l’euro mais surtout contre le dollar US, lequel depuis quelques temps remonte fortement aussi par défaut contre le yen. D’où la rechute de l’or. Quant à l’argent-métal il suit plus ou moins les fluctuations de l’or.

    La cassure à la baisse du support à 1.625 USD l’once est un mauvais signe pour la poursuite de la reprise de l’or en dollars US à court terme. Techniquement, il pourrait maintenant aller vers 1.560 voire même 1.530 avant de se reprendre. Nous avons pris nos profits sur les positions longues en platine et palladium pour faire du cash. Nous restons pour le moment long or et argent-métal et, s’ils venaient à baisser plus, nous pourrions alors doubler ces positions à la hausse. Pas de changement sur les marchés d’actions US, sur lesquels nous maintenons des positions à la baisse (en ayant acheté des ETF ultra short -SDS-), que toute hausse supplémentaire du dollar US contre le yen pourrait faire fortement baisser. A noter que le pétrole brut et la plupart des autres matières ont aussi baissé du fait de la hausse du dollar US/yen dont l’impact n’a pas été limité aux métaux.

    Si toute cette analyse est juste, les métaux précieux et autres matières premières exprimés en dollars US ne pourront remonter que lorsque le yen remontera contre le dollar US, exactement comme ils sont remontés en fin 2012 quand l’euro est remonté contre le dollar US. D’où la stratégie de George Soros qui est ce mois-ci sorti à perte de la moitié de ses positions longues sur l’or exprimé en dollars US pour prendre des positions de vente à découvert sur le yen contre dollar US actuellement gagnantes. Les ministres des finances et gouverneurs des banques centrales du G20 ayant été incapables ce week end à Moscou de s’opposer à la volonté de Tokyo de détruire le yen japonais, il faudra attendre une initiative commune des USA et de l’Europe, qui ne peuvent pas laisser le yen baisser trop bas à moins d’accepter de perdre massivement des parts de marchés en Asie, pour que cela change. Tout cela démontre que le Système monétaire international est en lambeaux et qu’il faut impérativement le réformer si l’on veut éviter une généralisation  de la guerre des monnaies aux effets délétères comme dans les années 1930.

    De plus en plus d’analystes parlent d’un krach boursier imminent sur les marchés d’actions US et européens

    —————

    Objet : Stocks Are Set for a Possible Repeat of 1987! Says Marc Faber | Breakout – Yahoo! Finance

    ——————

    La hausse du dollar US contre le yen qui continue de chuter pourrait finalement entrainer une cassure du US Dollar Index à la hausse et de sa résistance vers 81,50, ce qui s’est traduit (par anticipation) par la cassure de l’or à la baisse mais l’argent-métal a tenu

    us-dol-yen-jap

    dol-indexgold2

    sharpchartv05servletdriver1

    goldmetrics

    silver1

    Les actions des sociétés minières continuent de s’effondrer (ce qui est à terme haussier pour les métaux eux-mêmes dont elles produiront de moins en moins faute de moyens financiers pour les exploiter) et les actions US en général ont atteint des niveaux maximums de sur-achat

    actions-soc-minieresserge-perreault-spx-update1

  • 12Fév

    La politique monétaire ultra laxiste de la Federal Reserve, en raison de ses inévitables implications inflationnistes à venir, fait  monter les taux d’intérêt US à moyen et long terme donc chuter les obligations US, c’est-à-dire conduit à l’inverse de ce que souhaite cette banque centrale qui se trouve ainsi contrainte d’acheter elle-même l’essentiel des obligations émises par l’État et les grandes agences gouvernementales US dont les investisseurs privés et institutionnels (US comme étrangers) ne veulent plus. Ce qui pourrit un peu plus son bilan, aggrave l’endettement global des USA, pèse négativement sur leur économie comme sur les finances de leurs particuliers et entreprises (lesquels doivent emprunter plus cher ou bien cessent d’emprunter d’où la « trappe à liquidités » US actuelle dans laquelle la création monétaire massive US reste bloquée, puisque la vitesse de circulation de la monnaie US et le multiplicateur de crédit US s’effondrent). Une illustration de la remarque de Ludwig von Mises qui disait que « Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales« .

    Tout cela n’a pour le moment pas d’effet baissier sur le dollar US parce que la plupart des autres banques centrales (Chine, Grande-Bretagne, Japon, Suisse, etc.), à l’exception notable de la Banque centrale européenne laquelle reste plus ou moins dans l’orthodoxie définie par la Bundesbank, pratiquent la dévaluation « compétitive » des monnaies qu’elles émettent, une politique à courte vue de destruction systématique de la valeur desdites monnaies (entrainant la baisse de leur pouvoir d’achat c’est-à-dire l’appauvrissement de leurs détenteurs) menée à des fins commerciales qui devrait se terminer par une guerre des monnaies et une diminution du commerce international négative pour les grandes entreprises exportatrices donc productrice de chômage de masse partout dans le monde (comme dans les années 1930). Tout cela soutient pour le moment le dollar US contre la plupart des autres monnaies à l’exception de l’euro qui reste haussier contre ledit dollar US.

    La stabilisation de l’US Dollar Index, qui n’a toujours pas cassé ses supports à la baisse, maintient une pression baissière sur les prix des métaux précieux, d’autant que les bullion banks (financées par la Federal Reserve qui ne manque jamais une occasion de manipuler lesdits métaux à la baisse pour conforter le rôle des obligations d’Etat US en dollars US comme actifs de réserves de la plupart des banques centrales) continuent de les vendre à terme, et surtout sur les actions des sociétés minières qui, prises entre la faiblesse des prix des métaux et l’explosion de leurs coûts de production, se trouvent en situation financière de plus en plus difficile. Incidemment, plus les cours des actions des sociétés minières baisseront moins elles produiront, et donc plus les prix des métaux précieux eux-mêmes auront tendance à monter parce que l’on ira ainsi plus vite vers la pénurie naturelle de ces métaux qui se profile à l’horizon des années 2020 et suivantes suite à l’épuisement de leurs réserves naturelles exploitables.

    Du côté des actions en général, la force de l’euro a effacé la totalité des gains enregistrés depuis début 2013 sur les indices boursiers européens et la faiblesse du yen japonais fait monter le Nikkei. Les deux mouvements de baisse des actions européennes et de hausse des actions japonaises ne montrent pas pour le moment de signe d’essoufflement. Quant aux indices boursiers US, ils restent à des niveaux extrêmes de sur-achat et donc mûrs pour une baisse de forte ampleur. Laquelle devrait finalement affaiblir l’US Dollar Index et donc soutenir les métaux précieux en leur évitant de casser leurs prochains supports, constitués par leurs plus bas prix de 2013 soit de respectivement 1.625 USD l’once sur l’or et 29,20 sur l’argent-métal, à la baisse (supports clairement identifiés sur les graphiques ci-dessous). Raisons pour lesquelles il n’est pas question pour nous de vendre nos positions longues sur les 4 métaux précieux (et encore moins d’aller short sur lesdits métaux), pas plus que d’acheter des actions ou des obligations, qui, elles non plus, ne sont pas en ligne avec leur valeur réelle de marché depuis longtemps parce que manipulées par les banques centrales.

    ———————

    « Market Nuggets: OptionsXpress: Gold, S&P On Diverging Paths Since Mid-December

    Gold and the stock market have moved in diverging directions lately, says optionsXpress. Since mid-December, the S&P has been rising while gold prices pulled back. “This was not the case throughout most of 2012, where both the movements of gold and the S&P were more closely aligned,” optionsXpress says. “It would appear on the surface that investments in gold were being liquidated and the proceeds being moved into equities. However, the most recent Commitment of Traders report shows large non-commercial traders adding over 14,000 new net-long positions in gold during the past survey period, which could be a sign that the sell-off in gold prices may be nearing an end and the gold/S&P correlation will resume, or the equity price rally might be close to posting a near-term top.”

    By Allen Sykora of Kitco News »

    ———————-

    Nécessairement, à un certain moment en 2013, toute cette économie folle dans laquelle nous sommes plongés par les manipulateurs reviendra à de nouveaux équilibres dans lesquels les actifs de papier seront balayés et les actifs réels réévalués puisque la création monétaire à l’infini du genre « Quantitative Easing Forever » par la Federal Reserve US ou la dévaluation « compétitive » à outrance par la destruction systématique de la valeur du yen japonais organisée par la Bank of Japan inévitablement échoueront, comme elles ont déjà échoué lorsqu’elles ont été employées à moindre dose dans le passé. Et, à ce moment-là qui n’est plus éloigné, les investisseurs ayant eu la sagesse de « faire le plein » de métaux précieux quand ils stagnaient ou baissaient et de jeter à la poubelle les morceaux de papier accumulés par ceux qui ne sont obnubilés que par le court terme, réaliseront que leur patrimoine a été préservé et s’est accru.

    http://www.marketwatch.com/story/insiders-now-aggressively-bearish-2013-02-06

    http://www.zerohedge.com/news/2013-02-07/economy-built-illusion

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/Bert-Dohmen-recession-phony-inflation/2013/02/07/id/489419

    http://www.economicnoise.com/2013/01/21/keynesians-and-ponzians/

    http://www.moneynews.com/Economy/Rickards-monetary-system-collapse/2013/02/06/id/489253

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/le-cac-40-enfonce-et-143808598.html

    http://www.zerohedge.com/news/2013-02-06/byron-wien-warns-oblivious-markets-20-correction

    http://www.businessinsider.com/jeremy-grantham-exciting-crashes-2013-2

    http://www.cnbc.com/id/100361254

    http://www.zerohedge.com/news/2013-02-11/ecb-enters-currency-wars-backward-weidmann-talks-euro

    http://www.zerohedge.com/news/2013-02-11/abe-vs-bernanke-why-japans-yen-target-means-sp-will-suffer

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/eric-schmidt-vend-3-2-095100288.html

    —————

    Les obligations d’Etat US chutent et l’indice VIX de la volatilité des actions US est toujours en position de forte reprise de nature à les faire chuter d’autant que l’indice S+P500 est au maximum de son extension haussière à partir de laquelle il pourrait entamer une baisse de forte ampleur. Les actions des sociétés minières (indice HUI) continuent de chuter.

    obligationsvix-13-fevspx-13-fev

    Commentaire et graphique de Clive Maund

    spx1year100213

    soc-minieres-13-fev

    Les supports sur les métaux précieux ont tenu, l’euro/dollar US est toujours orienté à la hausse et le US Dollar Index à la baisse.

    gold-13-fevsilver-13-feveuro-13-fevusd-13-fev

  • 09Fév

    Cette semaine notre site ne sera mis à jour que le mardi 12 février

  • 01Fév

    « Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant de l’expansion à crédit. L’alternative est ou bien d’aboutir à une crise plus tôt par arrêt volontaire de la création monétaire, ou bien à une crise plus tard avec l’effondrement du système monétaire qui est en cause… Le résultat de l’expansion du crédit est un appauvrissement général…Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales » (Ludwig von Mises).

    La Federal Reserve et les autres banques centrales occidentales voulant contrôler les prix de tous les actifs, comme elles contrôlent déjà l’émission monétaire et les taux d’intérêt à court terme, pour faire monter ceux qu’elles entendent favoriser (obligations et actions) et baisser ceux qu’elles entendent dévaloriser (métaux précieux), n’y parviendront sans doute pas tant les prix de ces actifs sont éloignés de leur valeur réelle (obligations et actions sur-évaluées et métaux précieux sous-évalués) et tant les moyens effectifs en actifs réels desdites banques sont insuffisants (puisque leurs stocks d’or de toutes façons très faibles sont très inférieurs à ceux qu’elles annoncent détenir). La preuve : la Fed vient de demander à la Bundesbank un délai de sept ans pour lui restituer l’or allemand qu’elle est supposée détenir en dépôt et que la banque centrale allemande veut récupérer ! De telle sorte que, au mois de janvier 2013, à nouveau, la Federal Reserve US, via la Banque des Règlements Internationaux, dont les opérations sont de plus en plus obscures, et les bullion banks (qu’elle finance à taux zéro et auxquelles elle prête de l’or qui est ensuite vendu sur les marchés) ont tenté de casser à la baisse les prix de l’or et de l’argent-métal en supprimant leur libre marché au moyen de toutes sortes de manipulations qui n’ont pas réussi. Étant donné que l’or et l’argent-métal sont finalement remontés à des niveaux proches de leurs clôtures de fin décembre 2012, en liaison avec la chute du Dollar US Index et l’annonce d’une croissance économique négative aux USA au dernier trimestre 2012 accompagnée de l’effondrement de l’indicateur de confiance des consommateurs US et d’un taux de chômage en augmentation, ce qui signifie qu’IL N’Y A PAS DE REPRISE ÉCONOMIQUE SUI GENERIS AUX USA et que la hausse de la bourse des actions US n’est qu’une bulle sans fondement.

    La réalité, c’est que la supposée relance de l’économie US par le laxisme monétaire et budgétaire keynésien n’a évidemment pas fonctionné (pas plus qu’elle n’avait fonctionné jadis au Japon, récemment en Grande-Bretagne ou ailleurs). Et que les USA ont perdu tout contrôle de leurs déficits et endettements abyssaux comme de leur création de fausse monnaie à l’infini qui s’emballent, les Républicains par lâcheté politique ayant même renoncé à contraindre l’administration démocrate Obama et la Federal Reserve de revenir à un peu de discipline dans ces domaines. Tout l’Occident, dont les dettes continuent de s’accroitre (sauf en Allemagne et en Europe du nord), est en stagnation économique et en hyper-endettement, sans autres solutions pour s’en sortir et repartir de l’avant sur des bases assainies que de pratiquer une pénible mais indispensable austérité budgétaire et la liquidation de tous les mécanismes et institutions (les banques zombies « too big to fail » par exemple) en faillite virtuelle ou réelle comme de cesser toute forme de Quantitative Easing ou de LTRO, constitutifs du prochain krach boursier des actifs de papier maintenus artificiellement hors de l’eau depuis trop longtemps.

    Mais comme l’on ne s’y résout pas et que la  planification monétaire centrale dirigiste persiste, aux USA en particulier, on peut s’attendre dans les premiers mois de 2013 à une double chute du dollar US (surtout contre l’euro) et des actions US (mais aussi européennes suite à la hausse de l’euro contre toutes les monnaies), ce qui devrait rendre aux métaux précieux (exprimés en dollars US surtout) le lustre qu’ils ont perdu en 2011-2012. D’autant que la « guerre des monnaies », réactivée par le Japon qui veut relancer l’inflation en détruisant le yen comme si cela pouvait ranimer son économie déjà la plus endettée au monde, permet de penser que l’ensemble du Système monétaire international, devenu non réformable sauf à revenir à l’étalon-or ou au bimétallisme permettant ainsi de mettre un terme aux politiques discrétionnaires et de manipulation des banques centrales, sera de plus en plus instable jusqu’à son éclatement partiel ou total. NOUS N’AVONS JAMAIS ÉTÉ DEPUIS PRES DE DIX ANS AUSSI PRES DU GOUFFRE, EN PARTICULIER DE L’EFFONDREMENT DU DOLLAR US ET DE TOUS LES INSTRUMENTS DE PAPIER (ACTIONS OU OBLIGATIONS) CÔTES DANS CETTE MONNAIE.

    Techniquement, il est probable que les prix les plus bas de l’année 2013 ont été atteints sur l’or et l’argent-métal en janvier 2013 (vers 1.625 et 29 dollars US l’once respectivement) et qu’ils devraient progressivement remonter vers leurs plus hauts de 2011. A noter que les cours des actions des sociétés minières (qu’il ne faut surtout pas acheter) s’effondrant par suite de la diminution drastique de leur rentabilité, comme de la chute de leur production (en Afrique du Sud et ailleurs), on devrait constater en 2013 une fuite des investisseurs de ces « actifs papiers » vers les métaux eux-mêmes (or, argent-métal, mais aussi platine et palladium dont l’offre diminue) qui sont les seuls « actifs réels » quelle que soit la forme de les acheter (physique, à terme, options, ETF, etc.).

    —————

    Tête épaules baissière sur le dollar US index et têtes épaules renversées haussières sur l’euro/dollar US, le franc suisse/dollar US, l’or et l’argent-métal:

    usdeurochfgoldsilverL’indice VIX des actions US reste sur son support donc capable de remonter entrainant la chute desdites actions, quant à l’indice S+P500 (qui retrouve seulement son prix de 2007 d’il y a 6 ans!) il est à tout moment capable d’entamer un plongeon d’envergure (double top + RSI et MACD surachetés) :

    vixspxplserge-perreault-spx-update

    Le graphique ci-dessous du S+P500 par rapport à l’or montre que les actions US ont sous-performé l’or depuis 2000 et qu’il n’y a pas de renversement de leur tendance baissière par rapport à l’or.

    Le S+P500/Gold pourrait même chuter jusqu’à son plus bas de 1981!

    spxgold20130202008-sc

   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.