Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 29Déc

    Heureuses fêtes de fin d’année à tous et que l’année 2013 vous apporte ce que vous souhaitez.

    ——————————————————————————————————————


    Alors que les prix de l’or et de l’argent-métal exprimés en dollars US sont montés avec quelques corrections intermédiaires assez modérées depuis plus de dix ans au fur et à mesure que la valeur du dollar US baissait, ce qui est normal puisque l’histoire démontre que l’or, et accessoirement l’argent-métal (étant des monnaies réelles et non pas des matières premières), ne montent que lorsque la valeur de la monnaie de papier dans laquelle on les exprime baisse (et non pas pour d’autres motifs tenant à l’offre et/ou à la demande desdits métaux), ils se sont ensuite violemment retournés à la baisse milieu 2011 pendant que le dollar US est fortement remonté à cause du risque alors paroxysmique d’implosion de la zone euro. Cela était normal et prévisible. Ainsi, après avoir atteint 1.922 USD l’once en août 2011, l’or a chuté à 1.522 en septembre 2011 et l’argent-métal, après avoir atteint 49,80 USD l’once en avril 2011, a chuté à 26 en septembre 2011. Ils auraient d’ailleurs pu alors chuter encore plus. Tout simplement et logiquement puisque l’euro/dollar US baissait de 1,4950 en mai 2011 jusqu’à 1,27 en fin 2011.


    En janvier – février 2012, l’euro/dollar US temporairement s’est repris, ce qui a permis aux métaux précieux eux-aussi logiquement de se reprendre. Une nouvelle baisse de l’euro/dollar US est ensuite intervenue pour se poursuivre jusqu’à 1,2050 en juillet 2012 avant de s’inverser durablement et que l’euro/dollar remonte progressivement pour atteindre récemment 1,33 au fur et à mesure que la crise obligataire dans la zone euro se calmait et que le « show » Draghi impressionnait les marchés. C’est depuis juillet 2012 que les fluctuations des métaux précieux ont perdu toute logique et donc toute prévisibilité, puisqu’ils auraient dû atteindre leur point bas en ce mois de juillet 2012 et régulièrement remonter depuis, en même temps que le dollar US rechutait (se traduisant par une hausse de l’euro/dollar US de près de 12,50 points de 1,2050 à 1,33).


    Ce qui n’a pas été le cas étant donné que les banques centrales occidentales, et leur « bras armé » les bullion banks qu’elles financent à taux zéro, ont pendant toute l’année 2012 systématiquement vendu à découvert l’or et l’argent-métal sur chacune de leurs reprises si petites soient-elles pour empêcher qu’ils remontent. A notre avis pour deux raisons : 1/ afin d’éviter que l’instabilité des marchés d’actions et d’obligations, dans le contexte actuel de récession économique plus ou moins généralisée, entraine la fuite des investisseurs de ces actifs papiers vers les actifs réels que sont les métaux, 2/ afin de contrer les BRIC qui accumulent des métaux précieux en prévision d’une réforme du Système Monétaire International actuel de nature à faire perdre au dollar US son rôle de monnaie de réserve mondiale, ce dont les USA (via les actions manipulatrices de la Federal Reserve et des bullion banks US) entendent les dissuader en faisant baisser la valeur desdits métaux. Alors que, actuellement, avec un euro/dollar US à 1,33, l’or et l’argent-métal devraient valoir respectivement 1.790 et 35 USD l’once au lieu de 1.650 et 28,80 !


    Si les ventes à découvert d’or et d’argent-métal par la Federal Reserve (à partir de ses avoirs à la Banque des Règlements Internationaux) et les bullion banks US ont atteint en novembre – décembre 2012 un caractère aussi systématique et des dimensions aussi inhabituelles, c’est évidemment du fait de la proximité du « fiscal cliff » aux USA qui devrait entrainer la double chute du dollar US et des actifs de papier US (actions et/ou obligations), dont les niveaux historiques de surévaluation (surtout dus aux rachats périodiques de leurs propres actions par les grandes entreprises US comme aux injections permanentes de liquidités par la Federal Reserve) sont extrêmes, d’autant que ce pays retomberait alors en récession et qu’il subirait une forte dégradation de sa notation par les agences spécialisées (l’agence chinoise Dagong venant de le sanctionner à nouveau le 25 décembre 2012 en ne notant sa dette plus que d’un simple A et le plaçant sous surveillance négative), sans que sa banque centrale déjà au maximum de la création monétaire artificielle avec le « Quantitative Easing Forever » et les taux d’intérêt négatifs ne puisse faire quoi que ce soit pour s’y opposer.


    Par ailleurs, la plupart des sociétés minières ayant paniqué en 2012 ont vendu à terme leur production future, ce qui a aussi pesé sur les prix des métaux, de telle sorte qu’elles sont protégées s’ils chutent encore mais ne gagneront plus rien pendant assez longtemps s’ils remontent d’où, quoi qu’il se passe, leur incapacité à produire des profits, au même moment où leurs coûts de production explosent.


    Conclusion: Il était impossible pour un investisseur de réaliser des profits sur les métaux précieux en 2012, qui finissent en outre l’année proches de leurs plus bas, toutes leurs reprises ayant avorté. Nous restons néanmoins longs tant que leurs plus bas récents vers 1.522 et 26 USD l’once sur l’or et l’argent-métal tiendront.


    Sauf cassure (peu probable) à la baisse des plus bas récents de l’or et de l’argent-métal vers respectivement 1.522 et 26 USD l’once, nous pensons qu’ils devraient remonter en 2013 en direction de leurs plus hauts de 2011 (ce qui serait déjà très profitable pour les « longs » comme nous), pendant que la chute du dollar US contre les principales monnaies (à l’exception vraisemblablement du yen japonais que le nouveau gouvernement nippon semble décidé à tuer définitivement) s’accélérerait (objectif minimum de l’euro/dollar US pour 2013 vers 1,4250) et qu’un krach boursier interviendrait aux USA, dont le laxisme monétaire est contreproductif puisqu’il ne vise qu’à créer des bulles financières temporaires nécessairement destinées à éclater périodiquement et dont les niveaux d’endettement public et privé sciemment entretenus par les pouvoirs publics US sont à terme bien plus insupportables que dans la zone euro. Ce qui signifierait pour les banques centrales occidentales la perte de contrôle du système de « central planning » monétaire qu’elles gèrent dans le but de casser les ressorts du libre marché, au profit des grandes banques privées « too big to fail » et des Etats « too big to default » mais au détriment de l’économie productive (c’est-à-dire finalement des entreprises et des ménages) qui a besoin de « destruction créatrice » spontanée pour rester compétitive et assurer sa croissance de long terme ! Les USA doivent cesser de vivre toujours plus à crédit et d’imprimer toujours plus de fausse monnaie, faute de quoi le tandem Obama-Bernanke, dont les folles pratiques keynésiennes ont perdu tout contact avec la réalité, finira par les ruiner. Et peut-être les autres pays du monde avec.


    —–

    Comme le remarque Charles Hugh Smith, loin de se limiter aux 16 – 17 trillions $ dont on parle habituellement, « The actual liabilities of the US federal government—including Social Security, Medicare, and federal employees’ future retirement benefits—already exceed $86.8 trillion, or 550% of GDP. For the year ending Dec. 31, 2011, the annual accrued expense of Medicare and Social Security was $7 trillion ». On peut donc dire, sans exagérer, que les USA sont déjà littéralement en faillite virtuelle…

    —–

    L’Allemagne imposant à la zone euro et donc à toute l’Europe une austérité impitoyable (juste dans son principe mais exagérée dans son ampleur et dans sa vitesse d’exécution) pour rétablir les comptes publics et diminuer l’endettement généralisé -condition sine qua non de la survie de l’euro puisque la mutualisation des dettes (qui permettrait de gagner du temps sans régler définitivement le problème) est refusée par l’Allemagne et les pays du nord de ladite zone-, les USA, le Japon et même la Chine doivent cesser leur laxisme inimaginable dans ces domaines si l’on veut re-syncroniser l’économie mondiale et éviter le krach d’abord boursier puis ensuite du Système monétaire dans son ensemble. Dans ce sens, une forme de fiscal cliff aux USA est indispensable et tout accord entre Démocrates et Républicains visant à l’éviter ad infinitum aggraverait la crise US mais aussi mondiale globale.


    Pendant les premiers mois de 2013, il faut à notre avis ne pas conserver ni a fortiori acheter d’actions US ou européennes, garder une position longue de base en métaux précieux (sous toutes leurs formes mais surtout pas en actions des sociétés minières) et rester cash le plus possible (puisque les obligations, dont beaucoup d’entre elles sont aussi risquées que les actions, ne rapportent presque plus rien et les dépôts à terme non plus). L’année 2013, comme l’a expliqué Marc Faber, devrait être celle de l’EFFONDREMENT KEYNÉSIEN.

    —-

    La fin de partie pour les politiques désastreuses des banques centrales se rapproche

    IMPORTANT A LIRE

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-27/real-crisis-people-have-lost-trust-government-and-market

    http://www.zerohedge.com/contributed/2012-12-27/fed-playing-very-dangerous-game

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-26/monetary-malpratice-deceptions-distortions-delusions

    ——

    http://www.businessinsider.com/merry-christmas-chinese-credit-ratings-agency-dagong-puts-the-us-on-negative-watch-2012-12

    http://online.wsj.com/article/SB10001424127887324660404578196892204462394.html

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-l-tat-l-etalon-papier-et-les-reserves-fractionnaires–un-gang-d-enfer.aspx?article=4167451442G10020&redirect=false&contributor=Gabriel+Gimenez-Roche

    Sur l’économie US, le fiscal cliff et la bulle des actions US

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/Rasmussen-recession-likely/2012/12/26/id/469056

    http://finance.yahoo.com/news/bernanke-says-fiscal-cliff-already-hurting-economy-201018687–finance.html

    http://www.businessinsider.com/holiday-retail-sales-growth-comes-at-just-07–weakest-since-2008-2012-12

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-26/geithner-us-hit-debt-ceiling-december-31

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-27/consumer-confidence-plunges-unadjusted-new-homes-sales-slide-lowest-february

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/12/les-etats-unis-entre-choc-budgetaire-et-recession_1758967_3234.html

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/stock-market-powder-keg/2012/12/20/id/468585

    http://blog.kimblechartingsolutions.com/2012/12/small-caps-have-declined-each-time-its-kissed-this-line-different-this-time/

    Sur les métaux précieux manipulés

    http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2012/12/27_Richard_Russell_-_Put_33_to_50_Into_Gold_%26_Sidestep_Bubbles.html

    http://www.mineweb.com/mineweb/content/en/mineweb-political-economy?oid=167966&sn=Detail

    http://www.24hgold.com/francais/contributor.aspx?article=4166330716G10020&contributor=Chris+Powell.

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-20/silver-slumps-biggest-3-day-drop-over-year

    http://blogs.stockcharts.com/chartwatchers/2012/12/gold-and-the-dollar-are-falling-together.html

    http://goldswitzerland.com/a-failure-on-comex-silver-alasdair-macleod/

    http://www.gold-eagle.com/editorials_12/maund122312.html

    http://www.zerohedge.com/news/2012-12-24/eric-sprott-why-are-investors-buying-50-times-more-physical-silver-gold

    —–

    Les actions US, les obligations US et le dollar US sont tous les trois en situation de chuter fortement vers leurs plus bas de 2011, ce qui est une configuration assez rare.

    djiusd1usb

    Les actions européennes, en particulier allemandes (triple top sur le DAX), n’échapperaient pas non plus à une forte chute en cas d’effondrement de Wall Street et de forte remontée de l’euro/dollar US.

    dax

    L’euro/dollar US, l’or et l’argent-métal (exprimés en dollars US) sont en situation de remonter nettement vers leurs plus hauts de 2012 et peut-être même de 2011.

    eur1

    gold1silver1

    Contrairement aux métaux précieux qui viennent d’atteindre un support, l’indice HUI des actions des sociétés minières est épouvantablement baissier (croisement à la baisse des moyennes mobiles des 50 et 200 jours) ce qui signifie que plusieurs de ces sociétés devraient faire faillite en 2013 – 2014, de telle sorte que l’offre de métaux sera massivement diminuée puisqu’elles cesseront de produire et qu’une pénurie progressivement atteindra le marché physique desdits métaux.

    hui1

  • 21Déc
    La planification centrale monétaire (Monetary Central Planning) mise en place par le cartel des banques centrales occidentales, avec l’accord des Etats eux-aussi occidentaux et des grandes banques privées dont la survie dépend de leur bonne volonté, visant à diriger l’épargne mondiale vers certains actifs historiquement risqués -dont les niveaux de prix sont grossièrement sur-évalués compte tenu de la réalité affligeante de la croissance économique effective négative voire voisine de zéro en Europe, au Japon et aux USA- (les actions et les obligations d’Etat principalement) et à la détourner d’autres actifs historiquement moins risqués (métaux précieux, matières premières, etc.) -dont les niveaux de prix sont artificiellement maintenus en-dessous de leur valeur réelle de marché alors qu’on n’en produit pas suffisamment pour satisfaire les besoins mais aussi compte tenu de la perte de pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires de papier et des taux d’intérêt négatifs- est en train d’atteindre des niveaux de manipulation rarement atteints. Au point que l’on peut légitimement se demander si le peu qui reste du libre marché n’est pas en passe d’être purement et simplement supprimé par une alliance inédite des banques centrales et des grandes banques privées toutes engagées ensemble dans les manipulations précitées.

    Ce qui signifie que toute prévision est en ce moment devenue aléatoire puisque des masses financières énormes créées ex nihilo (LTRO, Quantitative Easing, etc.) peuvent à tout moment être employées par les manipulateurs pour faire monter ou baisser les monnaies et/ou les actifs qu’ils ont décidé de diriger soit à la hausse soit à la baisse selon les circonstances qui leur apparaissent devoir être privilégiées.

    Il est certain que la hausse de l’or à près de 2.000 dollars US l’once et de l’argent-métal à près de 50 dollars US l’once en 2011 a déclenché une véritable panique chez les banquiers centraux occidentaux empêtrés dans les crises successives -et alternatives- de l’euro et du dollar US et que, depuis, ils s’emploient à casser les baromètres de l’échec de leurs politiques monétaires laxistes et dirigistes produisant des quantités énormes de monnaie et de crédit qui ne parviennent pas à aller vers l’économie réelle puisque les préteurs ne prêtent plus et que les emprunteurs n’empruntent plus, faute précisément de confiance dans les politiques précitées et dans le Système Monétaire International actuel.

    Cette fois-ci les bullion banks US (financées par la Federal Reserve) mettent le paquet à la baisse pour casser les prix de l’or et de l’argent-métal et éviter que la chute du dollar US, s’accélérant en relation avec l’impasse des négociations sur le fiscal cliff, incite les investisseurs à liquider actions et obligations US, dont les prix on atteint des niveaux stratosphériques, tout en se réfugiant dans les métaux précieux.

    http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2012/12/19_Whistleblower_-_%243.5_Billion_Of_Paper_Used_To_Smash_Gold_Price.html

    A propos de la surévaluation extrême des actions U.S. voir plusieurs graphiques sur le site ci-dessous:

    http://blog.kimblechartingsolutions.com/


    La déroute sciemment organisée qui vient de se produire sur les « marchés » de l’or et de l’argent-métal alors que, le dollar ayant repris sa baisse, ils auraient dû monter, d’autant que les politiciens US sont en train de jouer à pile ou face l’avenir de leur économie via leur bataille à propos du fiscal cliff, démontre que les ressorts du libre marché sont intentionnellement cassés. A notre avis, cette situation ne pourra pas durer. Nous conservons nos positions longues sur les deux principaux métaux précieux (sans toutefois les augmenter) dont le rebond est probable en janvier, étant donné que les shorts devront nécessairement racheter leurs ventes à découvert. Nous restons sans position tant sur les actions que sur les obligations, c’est-à-dire le plus possible liquide. Et sommes complètement sortis du dollar US pour revenir en franc suisse et accessoirement en euro.

    On peut aussi penser que la manipulation à la baisse des métaux précieux depuis plus d’un an et demi est un moyen pour les USA de contrer les velléités de la Chine, de la Russie et d’autres pays émergents qui les accumulent dans le but de diversifier leurs actifs actuels plutôt que de conserver leurs dollars US ou leurs euros jusqu’ici investis en obligations d’Etat occidentales. Autrement dit, l’affrontement géopolitique et économique entre l’Occident et les BRIC prendrait une nouvelle tournure en se développant sur le terrain monétaire pour le contrôle des métaux précieux, dont tout le monde sait très bien qu’ils constituent la seule vraie richesse réelle puisque non imprimable à volonté comme le sont les monnaies de papier.
    Sur les opérations douteuses des banques centrales et des grandes banques privées :

    Sur les marchés d’actions :
    Sur la manipulation des métaux précieux :
    Le dollar US, caractérisé par une tête-épaules baissière et le croisement également à la baisse de ses moyennes mobiles à 50 et 200 jours, devrait entamer sa chute finale en direction de son niveau d’octobre-novembre 2011 voire de son plus bas d’avril-mai 2011. CE QUI NÉCESSAIREMENT FERA REMONTER L’OR ET L’ARGENT-MÉTAL (exprimés en dollars US) SUR LEURS PLUS HAUTS NIVEAUX DE 2011. Mais, entretemps, ils peuvent encore baisser du fait du processus de « panic selling » en cours sur leurs plus bas respectifs de 2012 vers 1.525 et 26 dollars US l’once.

    usd-index
    Le Dow Jones des Industrielles est, lui aussi, dans une formation en tête-épaules baissière qui pourrait entrainer une forte chute des actions US en liaison avec une panique sur le dollar US.
    Après l’or, et accessoirement l’argent-métal, qui sont des monnaies et non pas des matières premières, l’autre moins mauvaise des monnaies reste le franc suisse dont la hausse contre le dollar US devrait reprendre puissamment (tête-épaule renversée haussière) même si la Banque nationale suisse continuera, tant qu’elle le pourra, à maintenir une parité fixe entre l’euro et le franc suisse à 1,20. A noter d’ailleurs que la corrélation entre la hausse du prix de l’or et la hausse du cours du franc suisse contre dollar US est historiquement l’une des plus évidentes, ce qui signifie que les deux principales valeurs refuges que sont le métal jaune et la monnaie helvétique après avoir chuté depuis mi 2011 devraient remonter ensemble en 2013.
    swiss


  • 14Déc

    CE SITE, VISANT A INFORMER NOS CLIENTS ET CORRESPONDANTS SUR NOS ANALYSES PERSONNELLES DES MARCHES,  EST MIS A JOUR EN FIN DE CHAQUE SEMAINE.

    ————-

    Alors que la plupart des pays de la zone euro se sont imposés, sur décision de l’Allemagne qui en exerce la direction, des politiques d’austérité dites de rigueur qui, pour le moment, cassent le peu qu’il leur reste de croissance économique sans du tout diminuer l’endettement public puisque les recettes fiscales chutent (en dépit -ou plutôt à cause- de l’augmentation des impôts) mais que les dépenses difficilement compressibles rapidement continuent, que la BCE est impuissante à pratiquer une politique monétaire plus laxiste compte tenu du véto de la Bundesbank, que la Chine est à bout de souffle puisque la gigantesque bulle qu’elle a créée n’est plus viable sauf dérapage hyper-inflationniste qui remettrait en cause la plupart de ses bases politico-sociales de plus en plus instables, et que les autres pays émergents voient leurs économies ralentir par suite de la baisse des importations européennes et asiatiques, les USA sont les seuls à avoir continué de s’enfoncer dans l’endettement massif et le laxisme monétaire qui leur ont permis jusqu’ici d’échapper artificiellement et temporairement à une nouvelle récession mais qui, à terme, sont totalement destructeurs pour leur économie.

    Si la Federal Reserve a confirmé cette semaine qu’elle continuera de pratiquer le Quantitative Easing forever (ce qui n’a pas eu d’impact puisque tout le monde sait qu’elle n’est pas capable de concevoir une autre politique que la monétisation généralisée), les marchés financiers craignent que le fiscal cliff entraine aux USA une augmentation massive des impôts et une diminution très forte des dépenses publiques qui provoqueraient la récession tout de suite là-bas aussi, au lieu qu’elles n’interviennent que plus tard de façon plus diffuse et plus modérée.  Il n’y a plus à court terme de gisement de nouvelle croissance dans le monde et les dettes financées par l’impression de fausse monnaie sont à leur niveau maximum possible. Les marchés financiers sont désertés, leur volume baisse constamment et, dans le cas des actions, il n’y a plus d’intérêt (déclinant d’ailleurs) que pour celles des entreprises disposant de beaucoup de cash qui rachètent les leurs pour éviter qu’elles dévissent. Dans le cas des obligations, ce sont les banques centrales qui s’étant substituées aux investisseurs les achètent. Ce qui signifie que ces actifs de papier chuteront nécessairement en 2013.

    Le risque d’effondrement keynésien (à la japonaise), si bien analysé par les économistes « autrichiens », de nature à faire imploser successivement toutes les bulles d’actifs financiers (actions, obligations, produits financiers complexes, etc.), puisque le pouvoir d’achat de la monnaie s’évapore ou qu’elle se perd dans la « trappe à liquidités » et qu’il n’y a aucun moyen de maintenir une croissance artificielle basée sur l’expansion du crédit à tout-va, se rapproche

    « Il faudra bien que l’on comprenne que les tentatives d’abaisser artificiellement, par l’extension du crédit, le taux d’intérêt qui se forme librement sur le marché ne peuvent aboutir qu’à des résultats provisoires et que la reprise des affaires, qui intervient au début, sera forcément suivie d’une rechute profonde, laquelle se traduira par une stagnation complète de l’activité industrielle et commerciale… Un boom d’expansion du crédit doit inévitablement conduire à un processus que le discours commun appelle dépression… La dépression n’étant en fait qu’un processus de réajustement, de remise en ligne des activités de production avec l’état réel des données du marché… Toute tentative de substituer des moyens fiduciaires à des biens capitaux inexistants est vouée à l’échec… Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant de l’expansion à crédit. L’alternative est ou bien d’aboutir à une crise plus tôt par arrêt volontaire de la création monétaire, ou bien à une crise plus tard avec l’effondrement de la monnaie qui est en cause… Le résultat de l’expansion du crédit est un appauvrissement général» (Ludwig von Mises).

    Nous sommes probablement ainsi aujourd’hui parvenu au point d’inflexion du système à partir duquel toutes les valorisations artificielles n’ont plus de signification et que tout peut s’écrouler à tout moment… Ainsi que le démontre la chute d’Apple jusqu’ici fleuron de Wall Street.

    applepierre

    Les métaux précieux, parce que manipulés à la baisse par les bullion banks et parce que le dollar US qui reste la monnaie dans laquelle ils sont principalement côtés s’est stabilisé (sauf contre le yen japonais par rapport auquel le billet vert poursuit sa progression), n’en sont pas encore les bénéficiaires (toute l’année 2012 a été particulièrement éprouvante pour leurs acheteurs puisque chaque départ de hausse a été immédiatement suivi par une rechute pire que le mouvement initial de reprise). Patience cela viendra, parce qu’il n’y a plus à court terme d’autre alternative simple de placement que de les acheter pour tenter de protéger son épargne. Toutefois, pour le cas où le dollar US monterait, à l’occasion de l’implosion de la zone euro dans sa forme actuelle par exemple, avec un retour de la parité euro/dollar US vers 1,20 voire en-dessous, les métaux précieux pourraient alors baisser beaucoup plus, cette hypothèse étant à notre avis la seule qui puisse déjouer leur perspective haussière à moyen terme. Et c’est dans cette optique que les bullion banks restent en même temps short euro/dollar US et short métaux précieux, ce qui ne leur coûte pas cher puisque la Federal Reserve, la Banque d’Angleterre et quelques autres leur fournissent des financements à taux zéro. Depuis mi 2011 et pendant 2012, en dépit des achats massifs de métaux précieux par les banques centrales de Chine et de Russie et les populations de certains pays (comme l’Inde), il n’y a pas eu suffisamment de pression haussière d’autant que les sociétés minières ont arbitré leurs productions courante et à venir en vendant systématiquement les métaux sur toute reprise, voilà le problème qui s’est posé depuis un an et demi et qui, apparemment, continue encore. ON NE PEUT PAS CRÉER DE PROFITS SI LES PRIX CHUTENT OU QU’ILS RESTENT DANS DES TRADING RANGES TROP ÉTROITS (puisque alors tant les stratégies LONG que les stratégies SHORT ou LONG/SHORT ne sont plus opératives). En revanche, une nette cassure à la hausse de la résistance vers 1,32 sur l’euro/dollar US pourrait signaler la reprise des prix des métaux, raison pour laquelle nous conservons nos positions exclusivement LONG non arbitrées.

    ————–
    A noter que le Baltic Dry Index (voir graphique ci-dessous), un bon baromètre des échanges commerciaux internationaux et de la croissance mondiale, a repris sa chute, ce qui est baissier pour les marchés d’actions US en particulier, le premier objectif de baisse du S+P500 se situant vers 1.250 soit plus ou moins son plus bas de 2012.

    baltic

    serge-perreault-spx-update

    De plus en plus de gens assimilent avec raison la politique monétaire de la Federal Reserve à une action authentiquement terroriste visant à casser tout équilibre économique, boursier et monétaire au seul profit  de la prolongation totalement artificielle de la plus gigantesque bulle d’actifs de papier jamais créée depuis que les pratiques discrétionnaires des banques centrales ont été rendues possibles dans les années 1970 avec la cessation de convertibilité partielle du dollar US en or et l’établissement des taux de changes flottants entre monnaies fiduciaires de papier gagées sur le néant.

  • 08Déc

    CE SITE EST MIS A JOUR A LA FIN DE CHAQUE SEMAINE

    ————————————————————————————————————————————————————————————

    Lire sur le site ci-dessous de l’Institut Libéral le texte de notre dernière conférence exposant ce que nous pensons de l’euro qui, n’ayant pas franchi sa résistance vers 1,32 (triple top), devrait progressivement revenir vers 1,2650 dollars US voire beaucoup plus bas (1,20) si le support vers 1,2650 était cassé, ce qui est négatif pour les actions européennes actuellement surachetées compte tenu de la récession sur ce continent et de la très faible croissante partout ailleurs:

    http://www.libinst.ch/?i=quelles-suites-pour-notre-systeme-monetaire–fr

    ————
    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/dette-gr%C3%A8ce-%C3%A0-cran-d%C3%A9faut-paiement-total-selon-004346669.html

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/corruption-continue-faire-ravages-zone-euro-selon-transparency-073520135.html

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/quart-population-europ%C3%A9enne-menac%C3%A9-pauvret%C3%A9-231400294.html

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-europe-la-verite-qu-on-n-ose-imaginer.aspx?article=4115041596G10020&redirect=false&contributor=Graham+Summers.

    ——–

    eurodol

    Pour ce qui concerne les métaux précieux, leur manipulation à la baisse se poursuit mais nous conservons encore nos positions longues parce que, en dépit de la baisse de l’euro/dollar (négative pour lesdits métaux), nous pensons que les politiciens US ne parviendront pas à s’entendre rapidement pour éviter l’application du fiscal cliff, ce qui devrait prochainement faire chuter les actions US (comme européennes d’ailleurs) et soutenir les métaux puisqu’il faut bien que l’argent des investisseurs aille quelque part, d’autant que les graphiques de l’or et de l’argent-métal (voir ci-dessous) restent constructifs à la hausse.

    Voir le lien ci-dessous administrant la preuve de la manipulation scandaleuse du marché de l’or qui fait l’objet de ventes massives de contrats à terme (surtout) concentrées en très peu de temps (afin d’empêcher les acheteurs possibles d’intervenir) pour délibérément tenter d’en faire effondrer le cours. Qui est derrière les opérateurs des bullion banks via algorithmes? Selon toute probabilité la Federal Reserve US qui finance lesdites bullion banks d’autant que le régulateur US (la CFTC) n’intervient pas (sur ordre de qui?) pour faire cesser cette manipulation. Faut-il que la FED craigne une forte hausse de l’or de nature à faire chuter les marchés d’actions, dans le cas où il n’y aurait pas d’accord visant à éviter le fiscal cliff, pour utiliser ainsi sa grosse artillerie!

    Lire aussi
    ———
    Comme d’habitude, dès qu’il y a une opportunité de tirer profit de la confusion des investisseurs sur un marché quelconque, Goldman Sachs en profite pour jeter de l’huile sur le feu et faire des déclarations contradictoires qui lui permettront d’annoncer plus tard qu’elle a eu raison quoi qu’il se soit passé. Cette semaine des milliards de dollars US ont été perdus sur les métaux du fait du terrorisme psychologique exercé par les banquiers centraux occidentaux et des manipulations de leurs complices les bullion banks. Et ce n’est pas fini puisque toutes ces positions short devront être couvertes à des prix plus élevés lorsque les métaux remonteront…

    ——–
    Les lignes de support sur les deux principaux métaux ont bien tenu. L’or et l’argent-métal peuvent même encore baisser vers 1.664 et 30,95 dollars US (ce qui n’est pas pour le moment notre scénario) pour venir s’appuyer sur leurs moyennes mobiles à 200 jours -lignes de support en rouge- tout en restant haussiers.

    goldsilver

    Évidemment, les actions des sociétés minières sont sous pression maximale à la baisse, ce qui est logique compte tenu du potentiel de baisse de l’euro/dollar US, de la faiblesse actuelle des prix des métaux eux-mêmes et surtout de la situation financière de la plupart d’entre elles qui sont en faillite réelle ou virtuelle puisque, leurs coûts de production ayant explosé, elles produisent et donc gagnent de moins en moins. Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, la baisse des actions des sociétés minières consécutive à la diminution de leurs profits est ultra positive pour les métaux précieux eux-mêmes qui, à terme de quelques années, connaitront tous des situations de pénurie conduisant à la hausse de leurs prix physiques et papier. A noter que des sociétés comme Freeport Mac Moran (graphique ci-dessous), l’un des leaders du secteur minier, dont l’action est en chute libre, ont décidé d’abandonner la prospection minière pour se reconvertir dans la prospection pétrolière, ce qui constitue un signal ultra négatif pour les actions du secteur minier dans son ensemble.

    TRÈS IMPORTANT A LIRE : Objet : Gold Bulls And Bears Should Short GDX – Seeking Alpha

    http://seekingalpha.com/article/1039071-gold-bulls-and-bears-should-short-gdx?source=yahoo

    huifcx Les actions US dans leur globalité sont résolument orientées à la baisse, en dépit de leur médiocre actuel rally de fin d’année, et il est très peu probable que le S+P500 puisse remonter au dessus de 1.450 voire 1.475 d’autant que les plus grandes capitalisations outrageusement surachetées comme Apple s’effondrent avant que ce soit l’ensemble de la bourse elle-même à tout moment…

    —-

    Lire
    http://www.zerohedge.com/contributed/2012-12-07/three-charts-every-stock-investor-should-see

    —-

    spxappleCi-dessous la prévision d’un bon analyste quant à l’évolution prochaine du S+P500 des actions US

    stocks-panic

   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.