Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 27Oct

    L’élection de Romney-Ryan le 6 novembre serait à moyen terme positive pour les USA dans la mesure où elle signifierait l’arrivée au pouvoir d’une équipe musclée décidée à en finir le plus vite possible avec le dirigisme tous azimuts, les déficits béants, la dette perpétuelle produite pour entretenir un Etat-providence hypertrophié, le centralisme washingtonien, l’impression de fausse monnaie à l’infini pour financer l’État et toutes sortes d’institutions en faillite virtuelle ou réelle ainsi qu’Obama-Bernanke (avec la complicité des milieux bancaires de la « gauche-caviar » ) les ont aggravés et continueraient de le faire s’ils parvenaient à se maintenir en fonctions.  Jusqu’à ce que tout cela finisse par l’effondrement du dollar et l’hyper-inflation. Loin de se complaire dans les impasses keynésiennes actuelles, ou dans une politique de dépenses à tout-va comme celle menée par George W. Bush dans le but de payer ses guerres contre le monde entier, le tandem Romney-Ryan s’engagerait plutôt dans une action (au début isolationniste) ressemblant à celle conduite jadis par Ronald Reagan qui avait rendu sa fierté à l’Amérique et le dynamisme à son économie au moyen d’un conservatisme finalement plutôt modéré. Deux modèles complétement opposés s’affrontent (la gauche dirigiste et interventionniste du côté Obama et la droite libérale du côté Romney et même libertarienne pour ce qui concerne Ryan) dans cette élection qui déterminera pour longtemps l’avenir des USA et de l’Occident.

    Mais l’élection de Romney-Ryan, constituant une rupture radicale (assez douloureuse dans un premier temps) avec les politiques keynésiennes inflationnistes, rendant en particulier impossible le maintien de Bernanke le faux-monnayeur à la tête de la Federal Reserve (lequel devrait démissionner ou subir rapidement une humiliante révocation), aurait probablement comme conséquences APRÈS LEUR ENTRÉE EN FONCTIONS SEULEMENT (puisqu’il faudra connaitre leurs premières décisions pour être sûrs de ladite rupture): à court terme une forte hausse du dollar US donc une nouvelle baisse des métaux précieux mais surtout un mini (ou un maxi, personne ne peux le dire) KRACH des actions dans la mesure où une thérapie libérale (nécessairement déflationniste dans un premier temps, ne serait-ce qu’en raison de la diminution massive des dépenses étatiques et des liquidités artificielles créées par la FED ou le système bancaire) serait alors appliquée pour sortir les USA de l’ornière socialiste et revenir à des politiques pro-business encouragées par le Tea Party (à ne pas confondre avec pro-Wall Street puisque les « banksters too big to fail » amis d’Obama-Bernanke ne créent pas de croissance économique de long terme mais tout au contraire la détruise en ne se livrant qu’à des spéculations stériles à court terme dont ils sont les seuls bénéficiaires). Ce qui sera de toute manière délicat c’est la période de transition jusqu’à ce que le nouveau président prenne ses fonctions en janvier 2013 seulement parce que, d’ici là, se posera le problème du « fiscal cliff » et de l’augmentation massive des impôts (que Romney-Ryan refuseront) ou de la baisse tout aussi massive des dépenses publiques (dont Obama-Bernanke ne voudront pas), « fiscal cliff » qui à lui seul est de nature à provoquer une forte chute des actions. Le pire scénario serait évidemment la réélection d’Obama mais en même temps l’élection d’un Congrès avec une forte majorité républicaine, une sorte de cohabitation paralysant le pouvoir politique US.

    Comme personne n’a aucune idée qui de Romney ou d’Obama sortira vainqueur (même si la victoire d’Obama est hélas plutôt probable puisque sa politique en trompe-l’œil depuis le début de son mandat pourrait continuer d’abuser l’opinion publique), nous recommandons avant l’élection une exposition ÉQUILIBRÉE sur  les marchés. C’est-à-dire long métaux précieux exprimés en dollars US (à renforcer dès à présent puisque leur correction baissière semble en voie de se terminer et que novembre et décembre sont traditionnellement deux mois haussiers pour les métaux) mais aussi long dollar US lui-même (qui de toutes façons devrait encore remonter tôt ou tard surtout contre euro puisque l’Europe reste incapable de régler sa crise bancaire et d’endettement sans parler de sa récession qui s’aggrave) et, exceptionnellement à court terme, long US Treasury Bonds (via l’achat du TLT dont le graphique est publié ci-dessous), voire short Nasdaq ou Standard & Poors (via des options ou des ETF), parce que, si les actions US plongent, les obligations US et le dollar US lui-même monteront nécessairement. Nous préférons à cet égard être long Treasury Bonds que short actions puisque, tant que Bernanke sera à la tête de la FED, il tentera d’éviter le krach boursier et continuera d’acheter les Treasury Bonds (il en a les moyens en imprimant sans limite tous les dollars US voulus et en achetant ainsi tout le « papier » qui se présente) même si les résultats de beaucoup d’entreprises se révèlent moins bons que prévus ce qui est négatif pour les actions. Les banques centrales ayant par leurs politiques de maqnipulation favorisé une colossale mauvaise allocation des ressources financières, il est à craindre que le « mal investissement » continue tant qu’elles persisteront dans l’erreur.

    Nous ne ferons en principe plus de commentaires sur ce site jusqu’au résultat de l’élection.

    L’argent-métal et l’or exprimés en dollars US semblent avoir trouvé leur point bas (en revenant s’appuyer sur leurs lignes de hausse sans les casser) et devoir remonter pendant que le Nasdaq et les autres indices boursiers US restent négativement orientés (tête-épaules baissier) et que les US Treasury Bonds (tête-épaules renversé haussier) sont repartis à la hausse en même temps que le dollar US.

    silver-pierre-bullish

    bullish-goldnasdaq

    tbonds

    us-dollar-index-pl

    ————————————————————————————————————————————————

    http://la-chronique-agora.com/amazon-et-apple-sauves-in-extremis-grace-a-un-arrosage-de-liquidites/#anc

    http://www.businessinsider.com/the-political-black-swan-2012-10

    http://www.marketwatch.com/story/bundesbank-ecb-actions-delay-adjustment-process-2012-10-22

    http://www.marketwatch.com/story/sell-the-general-indexes-and-buy-gold-2012-10-22?siteid=yhoof2

    http://www.project-syndicate.org/commentary/why-a-united-states-of-europe-has-become-impossible-by-hans-werner-sinn/french

    http://www.cnbc.com/id/49529662

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/Buffett-us-fiscal-cliff/2012/10/24/id/461248

    http://www.bloomberg.com/news/2012-10-24/spain-s-bad-bank-seen-as-too-big-to-work-mortgages.html

    http://af.reuters.com/article/metalsNews/idAFL5E8LPILE20121025

    http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2012/10/26_What_To_Expect_With_Gold_Assaulting_%241%2C700_%26_Silver_At_%2432.html

    http://www.businessinsider.com/the-incredible-mispricing-of-risk-2012-10

    http://www.businessinsider.com/barry-ritholtz-time-to-sell-stocks-2012-1

  • 20Oct

    La politique monétaire ultra laxiste des principales banques centrales (la Federal Reserve US en particulier) et la politique économique ultra keynésienne de la plupart des Etats ont abouti à créer artificiellement des valorisations absurdes de la plupart des actions et des obligations par rapport à la réalité économique en berne qui vont nécessairement se dégonfler soit au moyen d’un vrai krach soit, plus probablement, au moyen d’implosions successives de ces actifs surévalués. Rester actuellement le plus possible à l’écart de ces marchés est affaire de bon sens. En outre, les dirigeants européens n’étant toujours pas parvenus à une entente réelle quant au traitement des cas grec, espagnol, portugais, italien, etc., et la BCE de Draghi étant étrangement silencieuse quant à son supposé programme d’achats « illimités » des obligations émises par les Etats précités (n’était-ce qu’un grand bluff?), il est probable que l’euro/dollar US va entamer une brève mais nette correction à la baisse qui aura pour effet d’aggraver la chute des marchés d’actions à court terme. Pour ce qui concerne l’or et l’argent-métal, nous avons commencé (d’abord pour notre Fonds) et continueront (pour nos comptes-clients ensuite) de reprendre progressivement des positions longues en les achetant en échelle de baisse (scale down) de façon à nous retrouver à la veille de l’élection présidentielle US du 6 novembre avec une exposition à la hausse entièrement reconstituée, puisque nous pensons que c’est (hélas pour les USA et l’Occident) Obama qui sera réélu. C’est alors que le dollar US replongera et que les métaux remonteront fortement. Parce qu’avec Obama les déficits US poursuivront leur hausse inexorable vers le chaos du « fiscal cliff » (avec à la clef une forte dégradation de la note US par les agences de notation) pendant que Bernanke continuera à sévir à la tête de la FED en imprimant de la fausse monnaie à l’infini, alors qu’avec Romney un point final serait mis aux dépenses publiques incontrôlées et au Quantitative Easing Forever, Bernanke devant quitter son poste ou s’abstenir de continuer ses expérimentions monétaires conduisant à l’inflation. La question de l’élection US, des programmes des deux candidats, et de ses conséquences sera traitée lors de notre prochain commentaire du 26 ou du 27 octobre. En attendant, nous conseillons la lecture du dernier et excellent livre du professeur André Kaspi intitulé « Barack Obama, la grande désillusion » (éditions Plon, 19 euros).

    —-

    http://www.theglobeandmail.com/globe-investor/markets/market-blog/2200-an-ounce-gold-just-around-the-corner-cibc/article4618335/

    Le Standard & Poors des actions US pourrait rechuter vers 1.371 – 1.395 pendant que l’euro/dollar US pourrait rechuter vers 1,26 – 1,2750.

    spxeuro-dollar

    L’or exprimé en dollars US a tenu son support vers 1.715. S’il venait à le casser, ce qui n’est pas notre scénario privilégié sauf krach boursier des marchés d’actions, son niveau maximal de baisse pourrait être vers 1.650, avant de puissamment repartir à la hausse en novembre. Idem pour l’argent-métal qui a tenu son support vers 32 mais, en extrême, pourrait aller vers 30,50 avant de puissamment repartir à la hausse en novembre. La baisse actuelle des métaux ne doit pas être vue comme une évolution négative, mais comme une opportunité d’en acheter à meilleur prix dans une vue à moyen terme.

    or-plec

  • 12Oct

    Une légère correction à la hausse du dollar US (l’euro/dollar ayant rebaissé de 1,3175 à 1,28) a empêché l’or exprimé en dollars US de franchir sa forte résistance vers 1.795 – 1.800 l’once, comme on pouvait s’y attendre. Les achats massifs de métaux précieux par les investisseurs ont été, par ailleurs, contrés par des ventes encore plus massives des bullion banks (aux fins de pure spéculation) et des sociétés minières (aux fins d’arbitrage). Il faudra attendre que ces deux derniers acteurs, qui stoppent systématiquement toute hausse soutenue des marchés des métaux précieux le plus longtemps possible, doivent couvrir leurs positions shorts sous l’effet d’une nouvelle baisse du dollar US pour que la résistance précitée soit franchie et que l’or bondisse vers 1.922 et plus haut. En attendant, il est possible que l’or rebaisse vers 1.715. Idem pour l’argent-métal qui est bloqué entre 35,40 et 32. Nous ne rétablirons -au maximum de nos capacités financières- les positions longues sur les métaux précieux (sur lesquels nous avons heureusement pris pour l’essentiel nos profits fin septembre) que sur la cassure à la hausse des 1.800 et des 35,40 ou bien en cas de leur rechute vers 1.715 et 32. Entre ces niveaux, nous nous abstiendrons sauf pour des opérations ponctuelles.

    Que les bullion banks (JP Morgan ou HSBC par exemple) vendent les métaux à chaque hausse c’est la mission que les banques centrales occidentales leur ont donnée dans le but de calmer -et si possible d’inverser- la hausse structurelle des métaux précieux (qui démontre la perte du pouvoir d’achat de toutes les monnaies de papier et donc la nocivité des politiques monétaires keynésiennes inflationnistes), mais que les sociétés minières dont l’intérêt bien compris c’est la hausse desdits métaux jouent contre le marché au prétexte de se protéger contre une rechute à court terme des cours cela démontre leur bêtise congénitale mais aussi leurs relations douteuses avec certains gouvernements et banquiers centraux (qui sont très liés avec leurs dirigeants et donc ne manquent pas de les influencer dans un sens préjudiciable aux intérêts de leurs actionnaires). Morale de l’histoire: n’achetez JAMAIS les actions des sociétés minières mais TOUJOURS les métaux précieux eux-mêmes (physique, ETF, options, contrats à terme, etc). Plus vite les sociétés minières feront faillite (les évènements actuels en Afrique du Sud devraient en mettre plusieurs au tapis), plus vite et plus haut les métaux eux-mêmes monteront. Quand les sociétés minières n’auront plus rien à produire (par suite de l’assèchement naturel des gisements) ou bien ne pourront produire qu’à des coûts supérieurs aux prix de marché des métaux (par suite de l’explosion des frais d’extraction, de l’énergie et des divers impôts), donc auront perdu toute compétitivité, c’est alors que la grande hausse des métaux ne pourra plus être contrecarrée par personne. L’autre scénario super haussier pour l’or et l’argent-métal ce serait la perte progressive par le dollar US de son statut de monnaie de réserve mondiale qui est plus proche que la plupart des gens pensent, les administrations Bush d’abord puis Obama surtout ayant massivement aggravé la dette publique et les déficits US qui ne peuvent plus être fixés sauf à provoquer une forte récession déflationniste aux USA dont Wall Street, les grandes banques privées « too big to fail » et la Federal Reserve (qui détiennent le pouvoir, le locataire de la Maison Blanche étant devenu une potiche décorative) ne veulent à aucun prix…

    Tous les autres marchés (actions, monnaies, obligations, matières premières) sont eux aussi bloqués en l’attente que les manipulations des banques centrales leur donnent une nouvelle impulsion en faisant baisser le dollar US et remonter l’euro (notre objectif de fin d’année 2012 sur l’euro/dollar US restant 1,35 – 1,40), d’autant que le mois d’octobre est traditionnellement un mois de correction avant que novembre et décembre connaissent le rally de fin d’année. Comme le montre le graphique ci-dessous, l’or a tendance à baisser en octobre pour se reprendre vivement en novembre-décembre jusqu’à la fin février:

    gold-leconte

    Contrairement à l’or et à l’argent-métal eux-mêmes dont les graphiques sont HAUSSIERS, même s’ils peuvent corriger à la baisse à court terme, l’indice des actions des sociétés minières que nous prenons en compte (le XME parce que le moins manipulé) reste BAISSIER, sa remontée récente, qui n’a pas été confirmée par une cassure à la hausse de la grande ligne de baisse partant du sommet de 2011, n’ayant constitué qu’une reprise technique temporaire.

    xme

    Lire

    http://www.kitco.com/reports/KitcoNews20121008AL.html

    http://www.newsmax.com/Newsfront/chao-unemployment-obama/2012/10/09/id/459323

    http://www.cnbc.com/id/49375694

    http://www.mining.com/massive-shorts-to-squeeze-then-propel-precious-metals-turk-39249/

    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/005370e2-1137-11e2-8d5f-00144feabdc0.html#axzz28tWdTx00

    http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user3303/imageroot/2012/10/Return-to-Bretton-Woods;;.pdf

    http://www.zerohedge.com/news/2012-10-10/gold-standard-vs-bretton-woods-vs-fiat-standard

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-offrir-de-la-monnaie-gratuite-aux-banques-ne-stimule-pas-l-economie.aspx?article=3793931574G10020&redirect=false&contributor=Ron+Paul.

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-inconvenients-et-inconvenients-de-la-monetisation-de-la-dette.aspx?article=3984841620G10020&redirect=false&contributor=Steve+Saville.


    http://www.creditwritedowns.com/2010/05/gross-is-it-possible-to-get-out-of-debt-crisis-by-increasing-debt.html?obref=obinsite

    http://www.moneynews.com/FinanceNews/Pimco-Gross-Holdings-Treasurys/2012/10/10/id/459458

  • 06Oct

    L’administration Obama et la Federal Reserve conduite par Bernanke ont déjà procédé et continueront de procéder à toutes les manipulations imaginables pour tenter de conserver le pouvoir, tant en maquillant les statistiques (chômage, inflation, masse monétaire, PNB, etc…) qu’en intervenant de toutes les façons possibles dans les processus économiques, financiers et monétaires qu’elles entendent diriger au lieu de laisser aux acteurs économiques la liberté dont ils ont besoin pour entreprendre. Il est hélas probable qu’elles parviendront à garder ledit pouvoir en éliminant le « ticket » Romney-Ryan dont le retard auprès de l’opinion publique US sera difficile à rattraper. Ce qui provoquerait l’effondrement du dollar US qu’elles recherchent à l’évidence en raison de ses effets structurellement inflationnistes, dont elles attendent le double miracle de la réduction des dettes US et de l’amélioration de la compétitivité extérieure des USA alors qu’imprimer toujours plus de fausse monnaie ne fait qu’appauvrir tous les acteurs économiques. « Recourir à l’inflation pour surmonter des difficultés passagères équivaut à bruler ses meubles pour se chauffer » comme l’écrivait le grand Ludwig von Mises. L’autre problème, indépendamment de l’appauvrissement collectif des Américains qui en résultera, c’est que, le dollar US étant encore la monnaie de réserve mondiale, sa dévaluation massive se répercutera sur l’ensemble des autres monnaies de papier qui sont donc toutes entrées dans un processus fatal de destruction parce que les pouvoirs publics qui émettent ces dernières emboiteront le pas des USA pour dévaluer eux aussi au maximum leurs unités monétaires (ainsi que cela a déjà commencé avec la généralisation des Quantitative Easings et des « dévaluations compétitives » un peu partout). Cette politique de mise en place d’une « guerre des monnaies » est à terme suicidaire pour les « grands équilibres » macro-économiques tant des USA que du reste du monde, comme pour le commerce international et les entreprises qui ont besoin de stabilité des taux de change pour se développer, et ses effets modifieront l’ensemble du panorama des actifs financiers, en particulier des métaux précieux.

    Regardez le premier graphique ci-dessous de l’or exprimé en dollars US l’once et vous comprendrez pourquoi la cassure à la hausse de la dernière résistance (très forte donc difficile à franchir d’un premier coup) se situant vers 1.790 – 1.800 ouvrirait la voie à une explosion progressive de son prix en direction des 2.400 – 2.600 courant 2012 – 2013. Le potentiel de hausse de l’argent-métal est encore plus important avec un objectif possible de prés de 65 – 70 dollars US l’once en cas de cassure à la hausse de sa résistance vers 37,50. Une telle hausse des deux principaux métaux précieux, qui signifierait la chute du pouvoir d’achat du dollar US d’abord et des autres principales monnaies de papier en même temps ou ensuite, aurait à l’évidence pour conséquence la réintégration progressive desdits métaux dans le Système monétaire international à la place des obligations d’Etat qui constituent actuellement l’essentiel des réserves des banques centrales, occidentales en particulier, donc un krach obligataire global (via la remontée des taux d’intérêt à long terme que les banques centrales à la différence des taux à court terme ne peuvent pas facilement manipuler). Les deux autres graphiques ci-dessous du dollar US Index et des US Treasury Bonds montrent qu’ils ont beaucoup de marge pour chuter (vers 71 pour le premier et vers 124 pour les seconds) ce qui permettrait en revanche aux actions de poursuivre encore leur progression (puisque, à tout prendre, mieux vaut acheter du papier émis par celles des entreprises qui sont les mieux gérées que par les Etats qui sont presque tous en faillite réelle ou virtuelle).

    gold-pierretbonds-pierreusd-p

    —————————————————–

    LIRE

    http://www.marketoracle.co.uk/Article36864.html

    —-

    http://www.telegraph.co.uk/finance/personalfinance/investing/gold/9587117/Price-of-gold-could-reach-2400oz.html

    —-

    http://uk.reuters.com/article/2012/10/05/usa-fed-bullard-idUSL1E8L50IV20121005

    —-
    http://www.businessinsider.com/jack-welch-obama-jobs-report-numbers-romney-2012-10

    —–

    http://www.marketshadows.com/2012/10/04/marc-faber-amp-jim-rogers-on-our-clueless-ignorant-dangerous-leaders/

    —–
    http://www.moneynews.com/StreetTalk/Grice-currency-social-disorder/2012/10/03/id/458492

    —–

    http://www.businessweek.com/news/2012-10-05/vincent-reinhart-says-fed-wants-more-inflation

    —–

    http://www.bloomberg.com/video/bullish-call-silver-could-hit-50-by-end-of-year-V8LSfbegTo2zAtK2ewRduQ.html

    —-

     

  • 01Oct

    Alors que les dirigeants politiques européens sont à nouveau incapables de s’entendre -même a minima- sur la façon de gérer la crise de l’euro qu’ils ont eux-mêmes provoquée et de rétablir les conditions-cadres d’une reprise économique, que les dirigeants politiques américains sont eux-aussi empêtrés dans une récession tout aussi grave que celle dans laquelle se complait l’Europe sans rien faire d’efficace pour en sortir, tout ce « beau monde » a remis le destin de l’Occident entre les mains de banquiers centraux faux-monnayeurs qui n’ont comme solution à court terme que de créer toujours plus de monnaie de papier (c’est-à-dire de la détruire) pour propulser l’inflation le plus haut possible et ainsi -espèrent-ils à tort- réduire le poids des énormes dettes publiques et privées euro-américaines qui ne sont plus remboursables. Banquiers centraux sans aucune légitimité démocratique ou technique, dont il est tout simplement aberrant qu’ils décident seuls -en toute impunité- sur la base de fausses théories d’engager la plupart des Etats dans l’apocalypse inflationniste et les citoyens dans la ruine collective au seul profit des parasites de la finance. Il n’est pas étonnant dans ce contexte de folie généralisée que les gens achètent de l’or et accessoirement de l’argent-métal pour tenter de se protéger de la faillite du Système monétaire international comme de l’effondrement du pouvoir d’achat des monnaies de papier consécutif aux manipulations des banques centrales.

    Nous avons régulièrement exposé dans nos commentaires que l’or et accessoirement l’argent-métal ne montent que lorsque les monnaies dans lesquelles ils sont exprimés baissent. Eh bien, depuis quelques semaines, ils montent dans toutes les monnaies -qu’elles baissent ou qu’elles montent- sans distinction. Ces jours derniers, l’or exprimé en euros et en francs suisses a cassé son plus haut historique et l’or exprimé en dollars australiens, en yens japonais et en dollars US s’en est peu à peu rapproché. Ce qui est un signal évident et très fort de destruction avancée dudit Système. Si un jour l’or redevenait la monnaie de réserve mondiale (avec ou sans rétablissement formel de l’étalon-or) c’est comme cela que ça se passerait: à savoir que l’or monterait d’abord dans toutes les monnaies (et plus seulement dans celles qui baissent) ce qui obligerait toutes les banques centrales à tenter de s’en procurer le plus possible et le plus vite possible. Et ensuite à procéder à sa réévaluation massive pour assainir leurs bilans de plus en plus pourris. Seules les forces libres du marché (c’est-à-dire tous les gens qui veulent fuir la monnaie de papier au profit d’actifs réels), en propulsant l’or à des prix stratosphériques, sont en mesure de refonder spontanément un Système monétaire international de stabilité que les pouvoirs publics sont incapables de réformer. En prime, l’on reviendrait alors au libéralisme authentique puisque les politiques monétaires laxistes et dirigistes ne pourraient plus être conduites. Il y a donc une lumière au bout du tunnel ! D’autant que Mitt Romney, le candidat républicain à la présidence des USA, qui a quelques chances d’être élu contre Obama même si cela lui sera difficile en raison de sa mauvaise campagne, a récemment créé une commission visant à étudier comment replacer l’or au centre du Système monétaire et qu’il a à plusieurs reprises annoncé que s’il était élu il ne renouvèlerait pas le mandat de « Bernanke l’hélicoptère » à la tête de la FED.

    Lire les commentaires de John Murphy dans ce file:  file1

    et aussi:

    —-
    Objet : Peter Millar : le prix de l’or doit être multiplié par 7 pour éviter une dépression par Chris Powell

    Le potentiel de hausse de l’argent-métal est actuellement plus grand que celui de l’or, le ratio or/argent devant aller beaucoup plus bas par suite des effets du QE3 (création ex nihilo illimitée de dollars US par la FED) qui va commencer prochainement. Voir le premier graphique ci-dessous (publié le 26 septembre 2012 dans « La quotidienne d’Agora »). Quant à l’or, l’arrêt de 40% de la production minière d’Afrique du Sud qui est stoppée par des grèves va dans le sens de cours du métal beaucoup plus hauts mais de cours des mines beaucoup plus bas, puisqu’elles produisent et vendent de moins en moins ce qui fait chuter leurs bénéfices (voir le second graphique ci-dessous de l’indice XME le plus représentatif des sociétés minières qui vient d’ailleurs de perdre toute sa hausse récente). Toutefois, à très court terme, la correction temporaire à la baisse de l’euro/dollar mais aussi la saisonnalité habituelle des métaux précieux pourraient entrainer une correction de leurs prix exprimés en dollars US courant octobre avant qu’ils repartent ensuite pour le grand rally de fin d’année de novembre à fin décembre. « Buy on dips » en octobre…

    Evolution du ratio or/argent
    120926xme
    —-

    Objet : Hedge Funds Bullish on Silver as Hoard Nears Record

   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.