Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 28Août

    Ludwig von Mises, le plus grand économiste du XXe siècle, a écrit dans son principal ouvrage « L’action humaine » (gratuitement disponible en Français sur  le site internet d’Hervé de Quengo):

    « Il faudra bien que l’on comprenne que les tentatives d’abaisser artificiellement, par l’extension du crédit, le taux d’intérêt qui se forme librement sur le marché ne peuvent aboutir qu’à des résultats provisoires et que la reprise des affaires, qui intervient au début, sera forcément suivie d’une rechute profonde, laquelle se traduira par une stagnation complète de l’activité industrielle et commerciale… Un boom d’expansion du crédit doit inévitablement conduire à un processus que le discours commun appelle dépression… La dépression n’étant en fait qu’un processus de réajustement, de remise en ligne des activités de production avec l’état réel des données du marché… Toute tentative de substituer des moyens fiduciaires à des biens capitaux inexistants est vouée à l’échec… Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant d’une expansion à crédit. L’alternative est ou bien d’aboutir à une crise plus tôt par arrêt de volontaire de la création monétaire ou bien plus tard avec l’effondrement de la monnaie qui est en cause. »

    Et von Mises d’ajouter: « Le boom ne peut durer qu’aussi longtemps que l’expansion du crédit continue à un rythme toujours accéléré. Le boom prend fin aussitôt que des quantités supplémentaires de moyens fiduciaires ne sont plus jetées sur le marché de l’emprunt. Mais il ne pourrait pas durer éternellement, même si l’inflation et l’expansion du crédit devaient se poursuivre sans fin. Il rencontrerait alors les barrières qui empêchent l’expansion infinie du crédit de circulation. Il conduirait à l’explosion du boom et à l’effondrement du Système monétaire tout entier… Si l’expansion du crédit n’est pas arrêtée à temps, le boom se transforme en un boom explosif, la fuite vers les valeurs réelles commence et la valeur de la monnaie s’effondre… Cependant, en règle générale, les banques (centrales) n’ont pas poussé les choses aux extrêmes dans le passé. Elles se sont alarmées à un moment où la catastrophe finale était encore loin… Le résultat de l’expansion du crédit est un appauvrissement général. »

    Ayant compris cela, on admettra une fois pour toutes que les banquiers centraux du XXe et du XXIe siècle, les plus grands faux-monnayeurs de l’histoire, pas plus que les Etats, n’ont rigoureusement aucun moyen moyen pour éviter la dépression hyper-inflationniste et l’écroulement de la valeur de toutes les monnaies fiduciaires de papier qui précédera, coïncidera avec, ou suivra la chute des actifs de papier (actions et obligations), basés sur une pyramide de dettes gagées sur le néant qui a commencé de s’écrouler en Occident, qu’aucune mesure keynésienne ne pourra stopper mais seulement repousser pour quelques temps, tout en aggravant son issue finale du fait même des manipulations supplémentaires employées pour retarder l’inéluctable. Tout le reste n’est que fadaises…

    Ben Bernanke vient de promettre aux Américains que « la Federal Reserve fera tout ce qu’elle peut pour conforter la (soi-disante) reprise économique« … Traduisez qu’il va continuer encore et toujours à manipuler les taux d’intérêt, les taux de change, la masse monétaire, les dettes publiques et privées, les marchés d’actions et d’obligations, l’or et autres actifs réels, etc. via la monétisation généralisée -le Quantitative Easing (la planche à billets)-, alors même que sa politique vient d’échouer, au lieu de laisser le grand ajustement se produire. Lequel peut seul conduire, à l’issue d’un pénible processus de « destruction créatrice »(selon la formule de Joseph Schumpeter), à une authentique reprise économique durable parce qu’auto-entretenue par les forces du marché libre. Les actions vont donc vraisemblablement remonter, mais leur chute ultérieure n’en sera que plus profonde. Tant mieux, on pourra les vendre sur de meilleurs niveaux! L’or risque de rebaisser, mais sa hausse ultérieure n’en sera que plus puissante. Tant mieux, on pourra en acheter plus à un meilleur prix!

    Lire

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/08/27/le-diabolique-presage-de-l-hindenburg_1403374_3232.html

    —-

    http://www.telegraph.co.uk/finance/markets/7966529/Stock-markets-face-a-bloodbath-warns-SocGen-strategist-Albert-Edwards.html

    —–

    http://www.moneynews.com/StreetTalk/us-japan-deflation/2010/08/27/id/368567

    —–

    http://www.zerohedge.com/article/robert-shiller-says-double-dip-imminent

    —–

    http://dailycapitalist.com/2010/08/20/the-road-to-stagflation/#more-6122

    ——

    http://www.zerohedge.com/article/goldmans-technical-update-bearish-ultimate-hs-target-900

    —–

    http://www.marketoracle.co.uk/Article22244.html

    —-

  • 27Août

    Au même titre que nous pensons que le S+P500 peut remonter à court terme (vers 1100-1110 au maximum) pour ensuite rechuter lourdement (comme indiqué dans notre commentaire du 26 août ci-dessous), nous pensons aussi que l’or peut corriger à la baisse à court terme (vers 1180-1190 au maximum) pour ensuite remonter fortement. D »où la diminution récente voire la liquidation (bénéficiaire) de tout ou partie de nos positions sur ces deux marchés pour les reprendre après corrections. Les actions US et l’or sont les deux faces de la même pièce dans le sens où les premières sont dans une tendance baissière de long terme et que le second est dans une tendance haussière de long terme. Mais avec la grande volatilité et les manipulations actuelles des marchés, il est quasiment impossible, si l’on veut éviter toute perte financière temporaire (ce qui est notre souci constant), de rester immobile quand les marchés corrigent. Les mouvements des marchés financiers ne sont plus linéaires et progressifs, ils sont maintenant fractaux et brutaux. Sans compter les fluctuations monétaires désordonnées dont l’impact est très négatif en matière de stabilité des marchés. D’où la nécessité d’essayer d’épouser les fluctuations intermédiaires. Ce que seul un gérant de portefeuille peut faire pour son client, à moins que ce dernier soit techniquement équipé comme ait le temps pour gérer lui-même son compte. Quand le rideau de fumée mis en place par les pouvoirs publics (Etats et banques centrales) sans parler des grandes banques manipulatrices se sera dissipé, on en viendra à l’évidence que l’Occident (USA, Europe, Japon) n’a pas d’autre issue que de plonger dans la Dépression hyper-inflationniste. Dépression parce que les politiques étatistes keynésiennes ont toujours échoué à produire de la croissance économique. Hyper-inflation parce que l’usage croissant de la planche à billets  a toujours produit la fuite devant la monnaie dont le pouvoir d’achat s’effondre.

    Lire

    http://www.zerohedge.com/article/albert-edwards-we-are-returning-450-sp

    http://noir.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aMPcBIL_H06s

    —-

    —-

    http://www.zerohedge.com/article/citi-says-qe2-would-be-end-game-usd

    —-

    Morgan Stanley Analyst Says Governments to Default (Update3)

    http://noir.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=a0dKAMqakImA

    —-

    http://www.safehaven.com/article/17950/the-feds-biggest-bubble

    graphique de l’or à court terme

    pfl1

    Graphique de l’or à moyen terme

    pfl2

    pfl3

    On notera que le ratio Dow Jones des industrielles/Or continue de chuter ce qui veut dire que la valeur des actions  US en or continue de chuter. Nous pensons que ce ratio baissera à 1 comme au début des années 1980 quand il avait atteint 1,6 après la décennie 1970 de récession économique accompagnée de forte inflation. C’est alors qu’il faudra définitivement acheter les actions US et vendre l’or, pas avant.

  • 26Août

    Le S+P500 a probablement trouvé à 1040 un support intermédiaire à partir duquel il pourrait rebondir, faire une correction à la hausse vers 1100-1110 avant de rechuter. Il y a donc lieu de prendre les profits sur une partie des positions à la baisse sur le S+P500 (en vendant une partie des achats de positions de Proshares Ultra Short S+P500). Le S+P500 n’est pas du tout au niveau qu’il devrait valoir en référence au niveau actuel atteint par les US Treasury Bonds puisque il devrait valoir 805 au lieu de 1055 (sa cloture de hier). Il reste donc beaucoup trop cher et il y a beaucoup de marge supplémentaire à la baisse de cet instrument mais il faudra probablement patienter que les investisseurs prennent conscience que les économies occidentales sont reparties en récession. En attendant, les « bulls » (dont les pertes sont importantes), aidés par la Federal Reserve et autres manipulateurs, essaieront de faire remonter le marché en expliquant que sa baisse est finie, histoire de faire sortir les « shorts » (dont les gains sont confortables), comme nous,  pour alléger la pression à court et moyen terme qui de toutes façons reviendra jusqu’à ce que le prix des actions US soit en ligne avec la réalité économique. Rien de nouveau sous le soleil…

    A lire absolument:

    http://www.zerohedge.com/article/last-time-10-year-was-here-sp-was-805

    et aussi

    U.S. Economy: Durables, Housing Signal Recession Risk (Update2)

    http://noir.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=a6n8wVSusyAI

    sp4

    sp5

  • 21Août

    Nous sommes d’avis que le ratio or/argent métal doit continuer de monter, ce qui signifie que l’or continuera à s’apprécier par rapport à l’argent métal, pour atteindre dans un premier temps le sommet de ce ratio vers 94 touché en 2008 lors du krach boursier. Pour la raison que l’or est redevenu l’instrument monétaire principal de thésaurisation et de refuge donc insensible aux récessions, alors que l’argent métal est resté principalement un métal industriel vulnérable dans les récessions. On peut donc acheter l’or y compris à ses niveaux actuels mais pas l’argent métal, ni le platine ou le palladium. Si l’on détient encore ces trois derniers métaux, comme des matières premières d’ailleurs (pétrole en particulier), nous conseillons d’en sortir ou de les arbitrer. Pour les racheter beaucoup plus bas dans quelques mois, lorsque la dépression prendra un tour hyper-inflationniste puisque les banques centrales ont imprimé, impriment et imprimeront toujours plus de fausse monnaie pour vainement tenter de « relancer » les économies, selon leur credo keynésien. L’économie occidentale étant vouée à la dépression et les économies émergentes à un fort ralentissement, tout le secteur des produits de base -à l’exception de quelques situations particulières de quasi pénuries concernant certaines céréales et denrées alimentaires- doit fortement corriger à la baisse (au même titre que les actions en général, en particulier celles dites « natural ressources » -sociétés minières, pétrolières, etc.-). Le temps n’est plus aux spéculations hasardeuses mais au recentrage vers quelques positions stratégiques (long or en USD + short actions US, tout en conservant le cash disponible en CHF) qui seules permettront la préservation comme l’accroissement du capital.

    LIRE:

    http://www.moneynews.com/Headline/US-All-Business/2010/08/22/id/368108  

    http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703908704575433670771742884.html?mod=WSJEUROPE_newsreel_personalFinance

    —-
    —-
    Gross: Second-Quarter Growth Could Be Zero
    —–
    Housing Slide in U.S. Threatens to Drag Economy Into Recession  http://noir.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=a97ljRcJ_fBU

    gs

    L’indice CRB des matières matières, en phase de retournement à la baisse, devrait progressivement chuter vers 200 en liaison avec la faiblesse de la demande mondiale, consécutive à la baisse massive actuelle de la consommation occidentale et au ralentissement à venir de la consommation des pays émergents.

    crb

  • 20Août

    longtermdowlinear1900crashlongtermdowlog1900crash1

     CI-DESSUS UNE PREVISION GRAPHIQUE EXAGEREE MAIS INDICATIVE DU POTENTIEL DE BAISSE DES ACTIONS US.

    A lire:

    http://www.moneynews.com/DavidFrazier/David-Frazier-Wall-Street-Spin–Economic-Reality/2010/08/10/id/367102

    http://www.moneynews.com/DavidFrazier/david-frazier-economic-outlook/2010/08/17/id/367692

    http://www.moneynews.com/Headline/CBO-Chronic-Unemployment-Tough-Economic-Times/2010/08/19/id/367949

    http://www.zerohedge.com/article/matterhorns-von-greyerz-explains-why-apocalypse-nigh

    http://www.zerohedge.com/article/matterhorns-von-greyerz-explains-why-apocalypse-nigh

    http://www.marketoracle.co.uk/Article15131.html

    L’euro continue de baisser contre toutes les monnaies en particulier le CHF et l’USD.

    pl58

    pl61

    L’or continue de monter en particulier en dollar US

    pl59

     Le SDS – Proshares Ultra Short S+P500 (qui monte quand le S+P500 baisse)- est vraisemblablement l’instrument financier dont le potentiel de hausse (avec l’or) est le plus grand

    pl60

« Previous Entries   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.