Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 23Déc

    Énormément de gens (souvent intelligents) disent et écrivent beaucoup de choses exagérées voire stupides à propos de l’OR (tant dans le sens de la hausse que de la baisse de cet actif essentiel) parce qu’ils ne perçoivent pas les déficiences irrémédiables des monnaies de papier sur lesquelles est entièrement basé depuis les années 1970 le Système monétaire.
    Vous devez absolument prendre un peu de temps pour lire l’étude en pièce jointe du 30 novembre 2009 de John Hathaway (Tocqueville Finance New York), avec lequel nous sommes en convergence d’idées depuis longtemps, l’un des rares analystes (avec nous) à avoir prévu la hausse de l’or depuis le début des années 2000. Nous restons à votre disposition pour vous exposer comment la traduire en pratique dans vos placements parce qu’il est évident qu’acheter de l’or sans avoir ensuite une stratégie pour le gérer n’a pas de sens.
    Bonnes fêtes de fin d’année et meilleurs vœux pour 2010, une année qui risque de secouer bien des investisseurs et banquiers tant se rapproche l’heure de vérité d’un Système monétaire à bout de souffle parce qu’il ne peut plus être réformé sans le modifier complétement. Ce qu’États, gouvernements et banques centrales sont incapables de faire mais que le marché pourrait réussir en poussant l’or à des niveaux de prix très élevés, à la condition que le krach des obligations d’Etat (US d’abord) qui vraisemblablement ne peut plus être évité ne casse pas auparavant tout le système occidental d’endettement (privé comme étatique), auquel cas il n’y aura plus grand chose à opposer pour se protéger de l’hyper-inflation mis à part la possession d’or qui assurera la survie de ceux qui en posséderont.

    texte à lire:

    http://www.tocqueville.com/media/A_Contrarians_Dilemma.pdf

  • 21Déc

    L’euro/dollar US et l’or viennent de subir une correction parallèle pour un certain nombre de raisons (bonnes et mauvaises), la principale étant que trop d’intervenants (souvent petits) étant haussiers sur ces deux actifs ils ont abandonné en masse leurs positions longues dès que certains signaux de sur-achat se sont manifestés, ce qui a précipité la correction. Quand presque tout le monde pense la même chose, les marchés sont vulnérables. Ces deux actifs ayant maintenant corrigé, à notre avis suffisamment, ils sont donc mûrs pour une reprise de leur mouvement ascendant. D’autant que, dorénavant, la plupart des intervenants ayant des opinions partagées (haussières et/ou baissières), le quasi unanimisme haussier qui prévalait précédemment n’est plus généralisé, ce qui rétablit un meilleur équilibre de ces marchés, nonobstant les éléments extérieurs futurs qui ne manqueront pas de les impacter.

    Aussi, au plan de la gestion des comptes de nos clients, nous avons le vendredi 18 décembre pris les profits vers 1.43 euro/dollar US sur les positions à la baisse que nous avions accumulées dans la phase finale récente de la hausse de l’euro/dollar US entre 1.4650 et 1.51. Et nous avons, aussi, ce jour pris les profits sur les ventes d’or (physiques, à terme ou sous forme d’achats d’options puts) que nous avions effectuées le lundi 7 décembre. Nous sommes donc à nouveau long euro/dollar US et long or à de meilleurs niveaux, sans protection, puisque pour le moment nous estimons que leurs corrections baissières (dont nous n’avons pas eu à souffrir) sont terminées. Ce qui illustre notre opinion de longue date qu’il faut, sur tout mouvement important de hausse d’un actif, se protéger; même si l’on estime que cet actif doit encore monter bien plus haut. Parce qu’entre-temps il est pratiquement impossible d’évaluer par anticipation avec précision l’importance et la durée de la correction temporaire qu’il peut subir. Sans compter que certains mouvements, initialement perçus comme des corrections, peuvent se révéler être des renversements durables de tendance (ce qui en l’occurrence n’est, selon nous, pas le cas de l’euro/dollar US ni de l’or mais aurait pu l’être le cas si leurs supports graphiques avaient été cassés). Cette fois-ci  nous avons acheté l’or en euro (et non pas en dollar US) pour la double raison qu’à notre avis l’or est maintenant plus en retard de prix en euro qu’en dollar US et que, pour le cas où l’euro/dollar US n’aurait pas tout à fait terminé sa correction, détenir de l’or en euro serait une excellente protection.

    Nous publierons un dernier article avant les fêtes de fin d’année, que nous vous souhaitons heureuses, puis vers mi-janvier notre Scénario global 2010.

    Au chapitre des motifs supplémentaires (indépendamment du caractère sur-acheté récent de cet actif) de la correction qui vient d’avoir lieu sur l’or, on notera la crise financière à Dubaï, l’un des principaux marchés de l’or sur lequel les transactions ont été stoppées, d’où une baisse importante de la demande d’or moyen-orientale qui passe par cette ville. Quant à la baisse de l’euro/dollar US, elle est évidemment à rechercher dans les difficultés d’endettement de plusieurs des pays membres de l’Euroland, mais surtout dans la forte reprise des taux d’intérêt US contre les taux allemands d’où la liquidation de nombreux carry trades consistant à vendre le dollar US et à acheter simultanément l’euro pour bénéficier de l’écart de taux entre ces deux monnaies. Nous reviendrons sur tout cela dans notre Scénario global 2010.

  • 18Déc

    Contrairement aux discours rassurants des hommes politiques et aux chiffres erronés déversés par les services gouvernementaux, tout indique que les principales économies occidentales sont toujours en récession

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aoBDcTKNS.oo

    et que la contraction économique va continuer

    pendant que l’inflation est de retour
    et que les défauts étatiques vont se multiplier
    Pourtant, ni les régulateurs, ni les banques centrales, ni les Etats n’acceptent de se résoudre à prendre les mesures drastiques pour sortir de la STAGFLATION occidentale.
    Tout cela réserve des surprises désagréables pour 2010. Notre scénario paraitra sur ce site début janvier 2010. 
  • 16Déc

    Le temps publie ce jour un article résumé rédigé par nos soins intitulé « La perversion du vrai libéralisme et la crise ». Vous pourrez en obtenir la version complète sur simple demande auprès de lecontep@bluewin.ch

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/29deabc4-e9c2-11de-9267-0bfa72a4965b/La_perversion_du_vrai_libéralisme_et_la_crise

  • 10Déc

    Tout le monde sait que l’Allemagne de Weimar s’est effondrée économiquement suite à l’hyper-inflation, elle-même provoquée par son sur-endettement (afin de payer ses dettes de guerre mais aussi consécutif à l’échec de plans de dits de relance) ayant conduit à la perte totale de valeur de sa monnaie de papier.

    C’est très exactement le même désastre qui  guette l’Occident (USA, Grande-Bretagne, Europe, Japon) dont le traitement de la crise actuelle a été en tous points calamiteux dans la mesure où il s’est borné à reproduire en plus grand les politiques monétaires ultra-laxistes et les politiques économiques ultra-keynésiennes elles-mêmes à l’origine de cette crise, sans réformer le Système monétaire international. Alors que c’est la seule façon de sortir de la crise sans l’aggraver.

    Non seulement les injections de milliers de milliards de dollars US et autres monnaies, créés ex nihilo ou empruntés par les pouvoirs publics (Etats, banques centrales), n’ont évidemment pas réussit à faire repartir la croissance économique occidentale mais encore, en transférant les dettes bancaires ou privées à un secteur étatique lui-même déjà trop endetté qui n’avait donc pas les moyens de les absorber, tout le système a été contaminé. Et les Etats comme les banques centrales en Occident se retrouvent maintenant dans la même situation de banqueroute (réélle ou virtuelle) que les grandes banques internationales au plus fort de la crise. Les baisses de notation du crédit des Etats (Islande, républiques baltes, Dubai, Gréce, Espagne, etc) ne font que commencer. Ce sera bientot le coeur du système qui sera touché (USA, Grande-Bretagne, grands pays européens comme la France et l’Italie). La question qui se posera alors sera: qui sauvera les Etats et les banques centrales? Réponse: personne.

    Le seule réponse que trouvent les Etats et les banques centrales, au lieu d’en finir avec la création monétaire ex nihilo, d’entamer des programmes drastiques d’économies et de mettre en faillite officielle toutes les structures qui le sont officieusement, c’est de continuer à emprunter encore jusqu’à ce que tout le mécanisme d’endettement s’effondre (trop de dettes, tue la dette!). Leur seule porte de sortie c’est donc d’organiser (évidemment en disant le contraire) l’hyper-inflation dans l’espoir qu’elle efface leurs dettes et celles des grandes banques internationales (qui selon le FMI n’ont révélé à ce jour que 40% de leurs actifs pourris). Le problème c’est que le malade a de fortes chances d’en mourir avant. Bienvenue dans le « Weimar planètaire » (l’expression récente est de Jacques Attali)!  Dans de telles conditions, lorsque le pouvoir d’achat des monnaies de papier s’écroule, il n’y a qu’un moyen de se protéger c’est de convertir ses actifs de papier en or et autres actifs réels.

    Même si l’or, qui est LA monnaie réelle,  fluctue lui-aussi, il constitue à moyen terme la seule protection du patrimoine tout simplement parce que c’est le seul bien que les Etats et banques centrales ne peuvent pas produire (et donc détruire) eux-mêmes. La correction actuelle de l’or (qui fait partie d’un processus tout à fait normal de flux et de reflux) démontre qu’il faut le vendre à chaque forte accélération de son prix et l’acheter à chaque baisse importante de son prix pour tenter d’engranger des profits successifs. Toute autre stratégie ne peut qu’aboutir à des pertes parce que les corrections baissières assez imprévisibles peuvent être de grande ampleur sans que les possesseurs du métal aient les « nerfs » suffisants pour ne les considérer que comme des épiphénomènes.

    http://www.leap2020.eu/GEAB-N-39-est-disponible!-Crise-systemique-globale-Les-Etats-face-aux-trois-options-brutales-de-2010-Inflation,-forte_a3986.html

« Previous Entries   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.