Liens intéressants

(cliquez sur le texte en face des flèches pour y accéder)

Notre activité de Gérant de Fortune

Programme de Gestion (PMIP)

Certains livres de Pierre Leconte

(cliquez sur image)
Trois Livres

Métaux précieux

Traduire

  • 30Août

    La crise occidentale actuelle qui a commencé en 2007 s’apparente beaucoup plus à la crise japonaise des années 1990 qu’à la crise mondiale de 1929 puisque, dans les deux cas, il s’est agi de l’écroulement d’une immense bulle de crédit que les Etats et les banques centrales ont épongée en acquérant les actifs toxiques et en fournissant toutes les liquidités possibles à taux zéro aux banques, entreprises et particuliers. Les dettes de toutes sortes n’ayant pas été purgées mais seulement transférées du secteur privé au secteur public qui a dû pour ce faire émettre encore plus d’obligations d’Etat, il en est résulté un endettement massif étatique (qui atteint maintenant plus de 200% du PIB au Japon) sans que l’économie reparte vraiment ni que les marchés d’actions remontent durablement. Tout porte à croire que le rally récent des actions US et européennes, en tous points comparable  à ceux qui ont ponctué l’écroulement des actions japonaises depuis 1990, est très proche de son renversement. Renversement dans lequel les actions chinoises sont déjà entrées depuis fin juillet 2009 et qui se poursuit en commençant à faire tache d’huile aux autres marchés d’actions de tous les pays émergents avant de frapper ceux des pays occidentaux.

    On notera que le « bear market rally » des actions US et européennes n’ayant pas été basé sur une augmentation des volumes de trading mais seulement sur le short covering des petits intervenants (habilement provoqué par quelques banques américaines pour la plupart d’entre elles abreuvées de liquidités gratuites par la Federal Reserve), il ne peut pas se poursuivre encore longtemps, d’autant que pendant tout le mouvement de reprise les dirigeants des grandes  entreprises et les grands investisseurs (insiders) en ont profité pour vendre leurs actions et/ou arbitrer leurs portefeuilles boursiers. Quand les « petits » achètent et les « grands » vendent, les marchés rechutent!

    Contrairement aux pouvoirs publics (gouvernement et banque centrale) chinois, qui ont délibérément et avec raison (pour éviter l’inflation) entrepris de dégonfler la bulle des actions par la diminution du crédit bancaire, les pouvoirs publics américains et européens ne se sont pas opposés au rally boursier chez eux dans la mesure où ils s’en servent pour tirer argument que leurs économies (grâce à leurs politiques soi-disant bienfaisantes) sont en reprise. Ce qui n’est pas exact parce qu’il n’y aura pas de reprise économique effective en Occident tant que le chômage ne diminuera pas, que la consommation des particuliers ne reprendra pas et que l’investissement productif par les entreprises n’aura pas pris le relais des dépenses publiques! La question qui se pose étant, en outre, de savoir si l’on peut revenir à un tel paradigme sans modifier le Système monétaire international et les orientations générales des économies occidentales.

    L’Occident est au mieux parti pour des années de stagnation à la japonaise et au pire pour l’hyper-inflation. Cette dernière étant provoquée par la folie keynésienne des pouvoirs publics américains et européens qui ne manqueront vraisemblablement pas de poursuivre et d’amplifier leur monétarisation les dettes étatiques (quantitative easing) voire même d’avoir recours aux taux d’intérêt négatifs (ainsi que vient de le décider dans l’indifférence générale la Banque centrale de Suède). Pratiques de nature à faire chuter plus encore les obligations d’Etat, à détruire les monnaies étatiques de papier, comme à faire monter plus encore l’or et les matières premières. A cet égard, la reconduction de Bernanke par Obama à la tête de la Federal Reserve est un signal qui hélas ne trompe pas. (Lire sur ce même site notre article ci-dessous du 28 juillet 2009 présentant nos prévisions).

    http://www.gold-eagle.com/editorials_08/swenlin082909.html

    http://pragcap.com/insider-buying-remains-near-record-lows

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aznDZl.Tjhmo

    http://jessescrossroadscafe.blogspot.com/2009/08/us-equity-markets-look-dangerously.html

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aM3LjIbTBkzQ

    ———-Prévisions identiques aux notres:

    http://www.capital.fr/bourse/interviews/la-reprise-en-2010-est-un-reve-429929

    —————————————————

    http://jessescrossroadscafe.blogspot.com/2009/08/fed-official-real-us-unemployment-rate.html   

    http://jessescrossroadscafe.blogspot.com/2009/08/plunge-in-foreign-capital-inflows.html

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2009/08/34-percent-of-workers-have-one-week-or.html

    http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/ambroseevans_pritchard/5857074/Fiscal-ruin-of-the-Western-world-beckons.html

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2009/08/global-debt-bubble-causes-and-solutions.html

    http://www.ft.com/cms/s/0/5d3f0692-9334-11de-b146-00144feabdc0,_i_email=y.html

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=a_HKcbuNhs0U

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aQsdx_54HG64

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2009/08/feds-dual-mandate-is-mission-impossible.html

     http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2009/08/ben-bernanke-worlds-most-dangerous-man.html  

    Les grandes banques US encouragent la Federal Reserve dans sa politique monétaire hyper-laxiste:

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=awWsNf0zRkYY

  • 21Août

    Le puissant rebond des indices boursiers a bien initialement buté sur la résistance située vers 1000 sur le S+P 500 mais, après une petite correction à 978, il a continué de plus belle (pour atteindre 1025 actuellement). La seule bourse d’actions à avoir entamé une sérieuse correction c’est la bourse chinoise de Shanghai qui, depuis début août, est en baisse de près de 20%! Comme le rebond avait commencé sur cette bourse, il est probable qu’une continuation de sa baisse aura finalement pour conséquence celle des bourses d’actions occidentales et d’autres pays émergents.

    S’il n’y a pas de « juste prix » pour un actif financier, dont la valeur ne dépend finalement que de l’offre et de la demande à la condition qu’il ne soit pas manipulé par les pouvoirs publics ou de puissants intérêts financiers, il y a en revanche des actifs plus ou moins chers ou bon marché en fonction de leurs prix historiques. Or, toutes les formes de mesure historique des prix actuels des marchés d’actions (en particulier les PER selon graphique ci-dessous) sont à des niveaux extrêmes de surévaluation, non pas parce que le volume d’achats est considérable mais parce que la politique monétaire des principales banques centrales occidentales de création massive de monnaie à taux d’intérêt zéro constitue le carburant des marchés d’actions jusqu’à ce que leur valeur devienne tellement artificiellement gonflée qu’elle implose. Tout cela finira par un second krach boursier généralisé, dont il est impossible de prévoir la date mais dont on sait déjà qu’il coïncidera soit avec une hausse des taux d’intérêt, soit même seulement avec une anticipation de changement de politique monétaire qui deviendrait moins laxiste. C’est ce qui se produit d’ailleurs en Chine, d’où la chute des actions chinoises.

    chine

    spx

    Chart of the Day Bookmark and Share

    Today’s chart illustrates how the recent plunge in earnings has impacted the current valuation of the stock market as measured by the price to earnings ratio (PE ratio). Generally speaking, when the PE ratio is high, stocks are considered to be expensive. When the PE ratio is low, stocks are considered to be inexpensive. From 1936 into the late 1980s, the PE ratio tended to peak in the low 20s (red line) and trough somewhere around seven (green line). The price investors were willing to pay for a dollar of earnings increased during the dot-com boom (late 1990s) and the dot-com bust (early 2000s). As a result of the recent plunge in earnings and recent stock market rally, the PE ratio spiked and just peaked at 144 – a record high. Currently, with 97% of US corporations having reported for Q2 2009, the PE ratio now stands at a lofty 129.

    Notes:
    – Where’s the market headed? The answer may surprise you. Find out right now with the exclusive & Barron’s recommended charts of Chart of the Day Plus.

     

    Il n’y a pas que les marchés d’actions qui montent. Presque tous les métaux industriels (cuivre, nickel, etc) et presque toutes les matières premières agricoles (céréales, sucre,etc) comme les prix du pétrole  le font aussi, à l’exception des métaux précieux dont la léthargie se poursuit encore. Les moteurs de la hausse des actifs réels ce sont leur relative pénurie, les achats  asiatiques et la baisse du dollar US, nourrissant les anticipations inflationnistes, qui continue.

    Baisse du dollar US qui fera aussi, tôt ou tard, rechuter les obligations d’Etat que les banques centrales parviennent encore miraculeusement à stabiliser en achetant elles-mêmes les émissions réalisées par leurs Trésors publics nationaux. Cette  monétarisation des dettes publiques en forte augmentation est le canal par lequel se produira le retour de la grande inflation qui donnera aux métaux précieux l’impulsion finale pour leur forte hausse.

    Quant à la supposée reprise d’une croissance économique stable, rien ne permet de l’anticiper tant que la consommation des particuliers reste très faible, que l’amélioration sensible de l’emploi ne se produit pas et que les entreprises ne reprennent pas l’investissement productif. La stabilisation économique actuelle n’étant due qu’aux dépenses publiques qui, nécessairement, s’essouffleront bientôt, et aux politiques monétaires laxistes, auxquelles il faudra bien mettre un terme pour ne pas risquer l’implosion de l’ensemble du Système monétaire international, tout permet de penser qu’elle n’est que temporaire.

    Compte tenu des risques actuels que présentent les marchés financiers, nous recommandons de rester encore quelques temps le plus liquide possible pour garder des munitions à investir dès que le panorama actuel s’éclaircira. Il faut savoir attendre les opportunités solides qui ne manqueront pas de se présenter dès septembre / octobre 2009 lorsque l’on y verra plus clair sur la direction des marchés  d’actions ou d’obligations qui pourraient chuter fortement. Le risque d’un tsunami financier, qui pourrait provoquer une rechute générale de la plupart des marchés dont les prix sont l’objet de distorsions considérables, existe à nouveau.

    Il circule actuellement parmi les intervenants sur les marchés financiers une pseudo théorie dite de l’aversion aux risques. Selon laquelle, quand cette aversion diminue (sans que l’on puisse évidement mesurer objectivement ladite diminution), les actions, les matières premières, les métaux précieux doivent monter tous ensemble et le dollar US baisser. En cas de reprise de l »aversion aux risques, symétriquement, tous ces actifs de papier ou réels doivent baisser et le dollar US monter. Cette théorie ne tient pas, parce les actifs de papier et les actifs réels n’ont jamais monté ou baissé ensemble historiquement. Et que le dollar US n’est pas un actif non risqué mais au contraire l’actif le plus risqué. Cette théorie n’explique pas non plus pourquoi la hausse des marchés d’actions n’a pas entrainé de baisse supplémentaire des obligations d’Etat puisque ces deux actifs évoluent généralement en sens inverse l’un par rapport à l’autre. La vérité c’est que les marchés n’ont jamais été autant manipulés par les pouvoirs publics et quelques  puissants intérêts financiers, d’où la mauvaise allocation des ressources et toutes les distorsions de prix des différents actifs que l’on peut constater.

    La crise économique n’est pas du tout finie, par Alain Faujas
    LE MONDE | 21.08.09 | 15h51

    es augures du café du commerce ont retourné leur veste. Naguère, les économistes tenaient des discours apocalyptiques sur une récession qui menaçait de se muer en Grande Dépression. Oubliées, ces sombres prévisions ! Cet été, les statistiques se sont éclaircies aux Etats-Unis, ont rosi en Allemagne, en France et au Japon, pourtant embourbé depuis les années 1990. Ne parlons pas du reste de l’Asie, où la Chine prétend atteindre, cette année, les 8 % de croissance fatidiques en dessous desquels elle redoute des émeutes.
    La crise économique n’est pas du tout finie, par Alain Faujas

    Accédez à l’intégralité de cet article sur Lemonde.fr
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/21/la-crise-economique-n-est-pas-du-tout-finie-par-alain-fa ujas_1230502_3232.html

    http://www.financialsense.com/Market/kirby/2009/0810.html

    Sur la hausse des matières premières, lire le mail ci-dessous:

    http://www.kitco.com/ind/Aden/aden_aug132009.html

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aO4YE2uqvJKY

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aH9O..zWjeHs

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=av_._ayG1vEU

    http://jessescrossroadscafe.blogspot.com/2009/08/china-makes-biggest-cut-in-us-treasury.html

      http://www.hardassetsinvestor.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1722&Itemid=2

    http://www.nytimes.com/2009/08/19/opinion/19buffett.html

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=a5_XmLUK1JRc

  • 03Août

    « L’ordre ne sera rétabli dans la vie économique que lorsque le désordre monétaire aura pris fin, grâce au retour de l’étalon-or » – Ludwig von Mises

    Ce sont les pouvoirs publics (Etats et banques centrales) qui, s’étant octroyé le pouvoir exorbitant de manipuler la monnaie devenue fiduciaire de papier (fiat currency) dont ils assurent  l’émission sans limite ex nihilo au lieu d’être soumis au respect des règles de l’étalon-or les empêchant de s’en servir comme instrument d’ajustement économique ou financier, sont responsables des abominables dérives du supposé « capitalisme » occidental qui a depuis longtemps viré au socialisme de marché ne fonctionnant qu’au profit des « oligarques » placés directement ou tolérés par le pouvoir politique au centre des circuits économiques et financiers.

    Sans ordre monétaire, il ne peut pas y avoir de borne à l’instabilité économique et de limite à la corruption des mécanismes financiers et boursiers. Ainsi que le montrent la publication des dernières statistiques  du PIB américain (elles mêmes grossièrement manipulées pour ne pas affoler les foules), la reprise boursière récente qui n’est basée que sur des programs trading (habilement déclenchés dans un contexte estival de faible volume des transactions) ne fonctionnant qu’au bénéfice de quelques banques d’affaires (Goldman Sachs et consorts), de grossières manipulations comptables et statistiques biaisées, sans compter la révélation des extravagants bonus que s’attribuent les banquiers (dont les établissements,  si mal gérés, ne viennent temporairement d’échapper à la faillite que  grâce aux milliers de milliards de dollars ou d’euros appartenant aux contribuables dont les pouvoirs publics leur font cadeau; alors même qu’il eut fallu liquider les banques zombies et faire payer à leurs dirigeants leurs pratiques irresponsables).

    En dépit de la remontée (artificielle et temporaire) des actions, dans lesquelles entrent de nouveaux naïfs pendant que les insiders et dirigeants des grandes banques (comme ceux du Credit Suisse et de Morgan Stanley qui se sont révélés être les moins mauvais depuis le début de la crise) en profitent pour vendre les leurs, il n’y a aucun changement de tendance baissière du ratio Dow Jones Industrial ou S+P 500 / Gold. L’indice VIX, qui fluctue en sens inverse du S+P 500, a établi un support qui ne devrait pas être cassé et à partir duquel il devrait remonter, ce qui mènerait à une nouvelle chute des actions. L’or, après avoir formé une base solide vers 900 USD est en route pour casser les 990 très prochainement. Quant au dollar, il est proche de s’effondrer durablement, ce qui ne peut être que négatif pour les actifs de papier (actions et obligations d’Etat US) dont la valeur réelle baisse en proportion de celle de la monnaie dans laquelle elles sont exprimées. La supposée reprise économique que beaucoup d’économistes voient déjà enclenchée est de l’ordre du fantasme, exactement comme les mêmes nous ont depuis deux ans intoxiqué avec la supposée déflation. L’Occident est toujours en récession à laquelle succèdera soit la grande dépression (scénario que nous excluons par suite de la contribution positive des pays émergents), soit  la grande inflation (scénario qui est le notre par suite de la création monétaire colossale ex nihilo), puisque il n’y a pas de probabilité que les pouvoirs publics modifient le Système monétaire international dans le sens de la restauration durable du seul équilibre de longue période possible, c’est-à-dire la conversion des monnaies de papier (fiat currencies) en monnaies gagées sur un étalon tangible existant en quantité limité comme l’or.

    Pour prendre la mesure de l’état de délabrement des mécanismes bancaires et boursiers, lire deux livres polémiques mais édifiants actuellement en vente en librairies: « Confessions d’un banquier pourri », de Crésus, chez Fayard et « Lettre ouverte aux bandits de la finance », de J. Montaldo, chez Albin Michel.

    http://www.marketoracle.co.uk/Article12444.html

    http://advancedtrading.com/algorithms/showArticle.jhtml?articleID=218401501#undefined

    http://jessescrossroadscafe.blogspot.com/2009/08/more-big-banks-on-verge-of-failure.html

    http://www.marketoracle.co.uk/Article12284.html


    http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/07/2 8/les-bons-resultats-des-entreprises-americaines-sont-illusoires_1223521_1101386.html


    vix

    chart

   

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.
Ce site a une double vocation pédagogique et informative mais, à la différence de beaucoup d’autres, il affiche son orientation en faveur du libéralisme authentique tel qu’exprimé par les économistes de l’Ecole autrichienne et libéraux modernes français et, donc, d’un nouveau Système monétaire international basé sur l’étalon-or et/ou la liberté de création monétaire. En rupture totale avec l’actuel SMI, qui n’est qu’anarchique parce que basé sur des monnaies de papier fiduciaires dirigées (« fiat currencies ») sans aucune valeur réelle et parce que manipulé par quelques acteurs dominants (privés ou publics) aux intérêts contradictoires. SMI actuel dont l’implosion est inéluctable pour les raisons précitées.